Explication de texte rousseau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3489 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Explication de texte : Les Confessions, J-J Rousseau, Livre II

Dès l’incipit, Rousseau présente ses Confessions comme une entreprise exceptionnelle « qui n’eut jamais d’exemple ». En effet, il affirme notamment sa volonté d’authenticité et d’exhaustivité. Il explique par ailleurs, par l’intermédiaire du thème du Jugement dernier, la manière dont il veut faire du lecteur un juge.Car avant le souverain juge, c’est d’abord ses contemporains que Rousseau cherche à convaincre. Pour cela, et en adéquation avec le genre autobiographique tel qu’il se développera à partir des Confessions, Rousseau entreprend un récit s’échelonnant de sa prime enfance à son exil en Suisse où il établie le projet de son œuvre autobiographique. Il relate notamment l’épisode chez Mme de Vercellis, oùil fut engagé comme laquais. Cette évocation est l’occasion pour l’autobiographe d’évoquer le célèbre vol du ruban, lorsqu’il fit accuser la jeune Marion à sa place. L’extrait proposé constitue l’aveu de ce vol et plus particulièrement du mensonge qu’il a engendré. Quelques lignes avant ce passage, Rousseau exprime ses remords face à cette faute sans pourtant l’évoquer, préparant l’annonce duméfait et plaçant ainsi le lecteur dans les conditions du pardon. L’extrait constitue donc un retour de Rousseau sur cet épisode qu’il l’a particulièrement marqué. Ce retour s’effectue en plusieurs étapes : le passage de la ligne 1 à la ligne 12 constitue la révélation à proprement parler ; de la ligne 12 à la ligne 21 Rousseau propose un éloge de sa victime, Marion ; enfin le reste de l’extrait estun récit de la confrontation entre le menteur et sa victime. A travers cette composition et à la lecture du passage, il semble intéressant de s’interroger sur la manière dont le récit rétrospectif permet à l’autobiographe d’accentuer sa culpabilité. Mais il paraît également important de voir comment, paradoxalement, par cette représentation négative de lui-même, Rousseau parvient à s’amender auprèsdu lecteur.

Le passage s’ouvre sur une remarque d’ordre général, par l’usage de l’impersonnel et du présent gnomique. Utilisant également une tournure négative, Rousseau, par un effet d’atténuation, vient évoquer l’idée qu’un bouleversement dans une maison entraîne inévitablement des disparitions. Cette « dissolution », évoquée d’abord de manière générale, renvoie plusspécifiquement à la mort de Mme de Vercellis. Par cette remarque, Rousseau semble vouloir atténuer sa faute dont le lecteur, à ce stade de la lecture, ne sait toujours rien. Mais il n’en est rien. La phrase suivante vient, en effet, immédiatement rompre avec l’idée générale exprimée à l’ouverture du paragraphe, comme en témoigne l’emploi de l’adverbe « cependant ». La maison de Mme Vercellis semble doncfaire exception. L’adjectif « telle » vient renforcer les noms « fidélité » et « vigilance », donnant aux domestiques et à M. et Mme Lorenzy une image de perfection dans ces domaines. Le contraste entre les deux premières phrases est donc important. En particulier par l’intermédiaire de l’expression « bien des choses » et le terme « rien ». Se dégage donc l’idée que rien ne pouvait disparaître danscette maison.
Par ailleurs, l’emploi du passé à partir de la ligne 3, montre que la réflexion proposée ici ainsi que le regard porté sur les personnages évoqués relève de la rétrospective. C’est donc Rousseau adulte qui, à posteriori, pose ce regard positif sur les employés d’une maison où il était lui-même laquais. L’adjectif « seule », dans la phrase suivante marque de nouveaul’idée d’une exception. Rousseau exprime ici la seule perte dont a été victime la maison, en l’occurrence Melle Pontal, qui n’est autre que Mme Lorenzi. Cependant cette perte est rapidement atténuée car l’objet perdu n’est qu’un ruban qui est, de plus, qualifié de « petit » et de « déjà vieux ». Cela vient souligner l’insignifiance de l’objet égaré. Cette idée se trouve confirmée par la suite...
tracking img