Explication platon gorgias

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1429 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Explication de texte - Platon, Gorgias, 483b-484

1° Le texte :

« La loi est faite par les faibles et par le plus grand nombre. C'est donc par rapport à eux-mêmes et en vue de leur intérêt personnel qu'ils font la loi et qu'ils décident de l'éloge et du blâme. Pour effrayer les plus forts, les plus capables de l'emporter sur eux, et pour les empêcher de l'emporter en effet, ils racontentque toute supériorité est laide et injuste, et que l'injustice consiste essentiellement à vouloir s'élever au-dessus des autres : quant à eux, il leur suffit, j'imagine, d'être au niveau des autres, sans les valoir. Voilà pourquoi la loi déclare injuste et laide toute tentative pour dépasser le niveau commun, et c'est cela qu'on appelle l'injustice. Mais la nature elle-même, selon moi, nousprouve qu'en bonne justice celui qui vaut le plus doit l'emporter sur celui qui vaut le moins, le capable sur l'incapable. Elle nous montre partout, chez les animaux et chez les hommes, dans les cités et les familles, qu'il en est bien ainsi-que la marque du juste, c'est la domination du puissant sur le faible et sa supériorité admise. De quel droit, en effet, Xerxès vint-il porter la guerre dans laGrèce, ou son père chez les Scythes ? et combien de cas semblables on pourrait citer ? Mais tous ces gens-là agissent, à mon avis, selon la vraie nature du droit, et, par Zeus, selon la loi de la nature, bien que ce soit peut-être contraire à celle que nous établissons, nous, et selon laquelle nous façonnons les meilleurs et les plus vigoureux d'entre nous, les prenant en bas âge, comme deslionceaux, pour nous les asservir à force d'incantations et de momeries, en leur disant qu'il ne faut pas avoir plus que les autres et qu'en cela consiste le juste et le beau. »

2) L’explication :

L'idée selon laquelle la nature nous donnerait des droits proportionnels à la force dont nous pouvons disposer pour nous imposer vis à vis d'autrui a été défendue par certains intellectuels grecs au tempsde Platon (4ème siècle avant J.C.), les sophistes. En opposant lois positives (posées par les hommes, c’est-à-dire conventionnelles) et nature, ils prétendaient définir la justice par la conformité à la nature. La nature aurait donné plus de droits aux forts qu'aux faibles. Cette position se trouve illustrée par Le discours de Calliclès tel qu'il est présenté dans le Gorgias.

I. Dans ce texte,Calliclès défend l'opinion selon laquelle les plus forts doivent dominer les plus faibles selon la loi de la nature et contrairement à la loi des hommes qui, en instaurant une certaine égalité, rabaisse les hommes les plus forts au rang des plus faibles. Et selon Calliclès c'est parce qu'ils sont plus nombreux et plus rusés que les plus faibles parviennent à imposer leur volonté aux plus forts.Apparemment cette argumentation semble d'une logique implacable, bien que choquante pour notre conscience morale.
Ce choc est-il dû au fait que, comme le dit Calliclès, nous avons été ``façonnés'' par la loi des hommes et pris "en bas âge comme des lionceaux, pour être asservis à force d'incantation et de mômeries" ? Ou sommes nous choqués par cette argumentation en raison d'une faille qu'ellecontiendrait, d'un défaut qui serait masqué par l'habileté sophistique de Calliclès ?

Sophisme : raisonnement incorrect qui se donne l’apparence du vrai

II. Analysons plus en détail ce que nous dit Calliclès : La justice, selon lui se situerait dans la nature qui aurait donné la force aux plus forts pour dominer les plus faibles, mais en raison de leur nombre et de leur ruse les plusfaibles se seraient imposés aux plus forts, ce qui du point de vue de Calliclès est injuste puisque contraire à la nature.
Or qu'est-ce que la force ? C’est un pouvoir, une puissance physique, morale ou intellectuelle que certains possèdent de fait et que l’on peut constater. Ce sont donc les faits qui permettent de savoir qui est le plus fort.
Le plus fort, disions-nous, c’est celui qui domine....
tracking img