Explication texte de rousseau la nouvelle héloïse sur le désir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1352 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
"Malheur à celui qui n'a plus rien à désirer ! Il perd pour ainsi dire tout ce qu'il possède. On jouit moins de ce qu'on obtient que de ce qu'on espère, et l’on est heureux avant d'être heureux. En effet, l'homme avide et borné, fait pour tout vouloir et peu obtenir, a reçu du ciel une force consolante qui rapproche de lui tout ce qu'il désire, qui le soumet à son imagination, qui le lui rendprésent et sensible, qui le lui livre en quelque sorte, et pour lui rendre cette imaginaire propriété plus douce, le modifie au gré de sa passion. Mais tout ce prestige disparaît devant l'objet même ; rien n'embellit plus cet objet aux yeux du possesseur; on ne se figure point ce que l'on voit; l'imagination ne pare plus rien de ce qu'on possède, l'illusion cesse où commence la jouissance. Le pays deschimères est en ce monde le seul digne d'être habité et tel est le néant des choses humaines, qu'hors l'Etre existant par lui-même(*), il n'y a rien de beau que ce qui n'est pas.
Si cet effet n'a pas toujours lieu sur les objets particuliers de nos passions, il est infaillible dans le sentiment commun qui les comprend toutes. Vivre sans peine n'est pas un état d'homme; vivre ainsi c'est êtremort. Celui qui pourrait tout sans être Dieu, serait une misérable créature; il serait privé du plaisir de désirer; tout autre privation serait plus supportable.
Rousseau, La Nouvelle Héloïse.

« Malheur à celui qui n’a plus rien à désirer ». Cette équivalence entre malheur et absence de désir est paradoxale. Spontanément, on définit le bonheur comme un état de contentement dû à la satisfactiondes désirs. Ne plus rien avoir à désirer = être heureux. Or ici seul celui qui désire est heureux, mais ce bonheur n’est pas la jouissance née de la réalisation du désir ms un plaisir pris au fait de désirer en lui-même, antérieur au plaisir auquel tend le désir. L’anticipation, l’attente, l’espoir, tout l’état affectif qui caractérise le désir est en lui-même une source de joie, de plaisir. Lebonheur espéré nous rend déjà heureux. L’homme a la faculté de rendre l’objet désiré présent à son esprit, de le posséder et d’en jouir par anticipation. Le plaisir imaginé est tjs infiniment supérieur au plaisir réel, effectif. Rousseau s’attache à souligner la disproportion qui existe entre le désir et la réalité et le rôle que joue l’imagination ds le processus du désir.
L’imagination jouepour l’homme un rôle fondamental. Elle est la force consolatrice pour celui qui est « avide et borné » « fait pour tout vouloir et peu obtenir ». L’homme veut tout il ne se restreint à aucun objet particulier… Au caractère illimité du désir (le désir est boulimique, insatiable) répond chez l’homme le caractère limité de ses capacités. D’où une disproportion entre ses aspirations et les moyens dontil dispose. Cette inadéquation des moyens de l’homme aux fins désirées fait de la condition de l’homme une condition tragique.
L’imagination offre alors à l’homme un substitut de bonheur : un bonheur imaginé. L’imagination va en quelque sorte combler l’écart entre un désir démesuré et des capacités limitées. L’imagination est une force qui compense la faiblesse de l’homme. Elle permet à l’hommede pouvoir faire en rêve, ce qu’il ne peut faire en réalité de substituer à l’impossible réalisation du désir une réalisation imaginaire. Tel est son pouvoir. L’imagination lui permet de se rendre présent ce qui est absent de faire exister ce qui n’existe pas et ainsi de posséder sur le mode du rêve ce qu’il ne possède pas en réalité. L’objet est alors tellement présent à son esprit qu’il peutpresque le voir le sentir le toucher. D’autre part elle permet à l’homme de transformer l’objet désiré selon son désir, d’en être non slt le propriétaire mais encore le maître absolu, le créateur qui façonne sa créature selon son bon plaisir. Ainsi ce que j’imagine est tjs tel que je le désire. D’où un plaisir jamais atteint ailleurs qu’en rêve. L’imagination offre une réalité idéalisée (elle...
tracking img