Explication texte montaigne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1417 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Devoir maison de philosophie sur le texte de MONTAIGNE : « Il me faut voir enfin…condition naturelle »

L’Homme, et plus précisément le philosophe, tout au cours de sa vie se soumet à nombre d’interrogations. On retrouve parmi les questionnements des philosophes celle de savoir quelles sont les limites du savoir humain, plus précisément, sur quoi aboutit la quête de la connaissance del’Homme ?
C’est cette préoccupation que retient l’attention de MONTAIGNE, l’Homme par la quête du savoir découvre paradoxalement sa condition naturelle, soit dit son ignorance. Quelle valeur accorder effectivement à l’ignorance ? Par ailleurs, au delà du fait que nous ne possédons pas de savoir absolu, dans quelle mesure peut-on affirmer que les sciences ne sont que vanité ? Ne possèdent-elles pas uncaractère utile à l’homme dans sa quête de la connaissance, ce que regroupe plus globalement la philosophie ?

Nous pouvons distinguer trois parties dans ce texte :
Dans la première (« il me faut…faiblesse ») MONTAIGNE commence tout d’abord par s’interroger sur la capacité humaine à entamer et continuer la quête du vrai que poursuivent les hommes, qui mène donc à l’acquisition du savoir et de lavérité ,mais n’oublie pas de préciser l’ignorance sur laquelle cette quête débouche.
Dans un second temps (« l’ignorance… les cornes »), MONTAIGNE souligne le fait le la principale faiblesse de l’Homme donc l’ignorance se trouve être naturelle et avérée, et que tôt ou tard, l’Homme prend conscience de cette faiblesse : c’est ce que qu’illustre l’analogie avec les épis de blé.
Enfin, dans unedernière partie («  pareillement… condition naturelle ») il est question du résultat que la prise de conscience de l’Homme vis-à-vis de sa propre ignorance c'est-à-dire la reconnaissance de sa propre condition naturelle et l’humilité que cela provoque.

Montaigne exprime sa perspective de l’Homme qui, par définition, nait et reste ignorant, malgré les maintes recherches du savoir. Il est vraique depuis son état d’être en acte, comme l’a évoqué Aristote, l’Homme est bercé et souvent trompé par ses sens et par l’illusion perpétuelle qui l’entoure. De ce fait, malgré la recherche du vrai et l’apprentissage qui se déroule tout au long d’une vie, l’Homme se rend compte au fil du temps de ses erreurs de jugements, de raisonnements, de tous ces obstacles qui l’amènent à porter un regardnouveau sur la vérité et avouer sa faiblesse à ne posséder aucune vérité définitive.
En s’interrogeant sur la capacité humaine à s’imprégner du savoir, Montaigne met ici en avant la limite de la quête de cette connaissance, autrement dit ce qui constitue la principale faiblesse de l’être Humain. Chacun de nous y compris les plus sages peut avouer qu’ « apercevoir une difficulté et s’étonner,c’est reconnaître sa propre ignorance » (Aristote, métaphysique) L’homme étant naturellement imparfait, il ne peut que désirer la sagesse, c'est-à-dire essayer d’acquérir un maximum de connaissances pour combler le manque de savoir qu’il constate : cela revient à se reconnaître « être ignorant », et sa philosophie ne peut être qu’imparfaite en raison de son statut d’être imparfait.
Or, par cetteprise de conscience dont seul l’être humain est capable, l’Homme est amené à réaliser une démarche de remise en question de sa condition naturelle. De ce fait, nous passons d’une ignorance « naturelle », restée jusqu’alors inconsciente de l’être, à une ignorance « avérée ». N’est ce pas ce que nombre de philosophes ont découvert ? Lorsque l’Homme prend conscience de sa condition au sein ducosmos et se remet en question, il mesure son infinie petitesse. De plus, une ignorance avérée signifie un disfonctionnement au sein des sciences, autrement dit que ce qui établit la connaissance de l’homme n’est que vacuité et futile, ne permettant pas de remplir la soif de connaissance des Hommes de manière totale.
MONTAIGNE, en mettant en évidence l’ignorance que suggère la recherche des...
tracking img