Expliction du texte aristot metaphysique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (470 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Extrait etufie : Le fait que l'ami est autre que le flatteur semble montrer clairement que le plaisir n'est pas un bien, ou qu'il y a des plaisirs spécifiquement différents. L'ami, en effet, paraîtrechercher notre compagnie pour notre bien, et le flatteur pour notre plaisir, et à ce dernier on adresse des reproches et à l'autre des éloges, en raison des fins différentes pour lesquelles ils nousfréquentent. En outre, nul homme ne choisirait de vivre en conservant durant toute son existence l'intelligence d'un petit enfant, même s'il continuait à jouir le plus possible des plaisirs del'enfance ; nul ne choisirait non plus de ressentir du plaisir en accomplissant un acte particulièrement déshonorant, même s'il ne devait jamais en résulter pour lui de conséquence pénible. Et il y a aussibien des avantages que nous mettrions tout notre empressement à obtenir même s'ils ne nous apportaient aucun plaisir, comme voir, se souvenir, savoir, posséder les vertus. Qu'en fait des plaisirsaccompagnent nécessairement ces avantages ne fait pour nous aucune différence, puisque nous les choisirions quand bien même ils ne seraient pour nous la source d'aucun plaisir. Qu'ainsi donc le plaisir nesoit pas le bien, ni que tout plaisir soit désirable, c'est là une chose, semble-t-il, bien évidente. Aristote

Dans un passage de la « Métaphysique » (Livre A, chapitre 2), Aristote expliquel’origine de la philosophie et le but qu’elle poursuit. « Ce qui à l’origine poussa les hommes aux premières recherches philosophiques, c’était, comme aujourd’hui, l’étonnement . » L’admiration etl’incompréhension devant le monde poussent l’homme à chercher à comprendre et à rendre compte de ce qui l’entoure. Ainsi naît la philosophie, qui n’a d’autre but que de tendre à expliquer le monde.
Dans cepassage de la « Métaphysique », Aristote reprend l’enseignement de son maître. En effet, Platon écrit dans le « Théétète » : « il est tout à fait d’un philosophe, ce sentiment : s’étonner. La...
tracking img