Exposé sur l'avortement

L'Avortement

Doit on modifié le législation sur l'avortement en France ?

L'avortement est un acte qui désigne la destruction voulu ou non, du fœtus avant la naissance naturelle. En France, 220 000 interruptions volontaires de grossesse sont pratiquées chaque année, soit un avortement pour trois naissances. Le délai légal d'avortement en France est passé de 10 à 12 semaines en 2001.
Dansun premier temps nous allons relater l'Histoire de l'avortement , ensuite nous étudierons la place du fœtus au sein de la famille selon la loi et les religions, enfin nous évoquerons les difficultés d'accès a l'avortement en France et a l'étranger.

Histoire de l'avortement

De tout temps, l'avortement a existé et a été considéré comme un acte malsain. Au XVIIIe siècle avant JC, le coded’Hammurabi* le sanctionne. Le serment d'Hippocrate (IVe siècle avant J.C.) le montre: « […] je ne remettrai à aucune femme un pessaire abortif ². »
*Le code d'Hammurabi est un des plus ancien texte de loi découvert aujourd'hui. C'est un texte babyloniens, d'inspiration divine.
² Un pessaire est une membrane utilisé comme contraceptif féminin, abortif signifie qu'il provoquerait l'avortement.Pendant tout le Moyen-Age, les théologiens chrétiens ont cherché a connaître la date d'animation du fœtus. Au XIIIe siècle, ils ont déterminé qu'elle était de 40 jours pour les garçons et de 80 jours pour les filles, mais c’est sous Charles-Quint, en 1532, que la Constitution Criminalis Carolina* fixe la date d’animation du fœtus au milieu de la grossesse, soit dès que la mère perçoit les mouvements.Néanmoins, en 1558, le Pape Sixte Quint condamne de façon formelle l’avortement, quel qu’en soit le terme.
* La Constitutio Criminalis Carolina est une loi de l'Empire germanique rendue en 1532, sous Charles-Quint, dont elle reçut le nom.
Les idées évoluèrent peu au Moyen-Age, marqué par la puissance de l’Église de Rome. Mais pendant la période de la renaissance l'avortement médicale estpratiqué en cas hémorragie grave, mais c'est la seul indication en France jusqu'au XIXe siècles.

Le 31 juillet 1920, une loi est votée en France et stipule que l'avortement est strictement interdit. La contraception est également passible d’une amende, voire d’une peine de prison. Le gouvernement espère ainsi augmenter le taux de natalité, au détriment de la condition féminine.
En 1942,l'avortement est déclaré "Crime contre l’État". Les Femmes y ayant recouru ou l’ayant pratiqué seront condamnées à la peine de mort. Ce sera le cas de Marie-Louise Giraud (dite la Faiseuse d'Ange), guillotinée en 1943 pour avoir aidé 26 femmes à avorter.

Le 5 avril 1971 un évènement important marque l'histoire de l'avortement, le nouvel observateur publie un
manifeste par lequel 343 femmes déclarentavoir avorté, et exigent l'avortement libre, ainsi que le libre accès aux Médicaments contraceptifs.
«Un million de femmes se font avorter chaque année en France. Elles le font dans des conditions dangereuses en raison de la clandestinité à laquelle elles sont condamnées alors que cette opération, pratiquée sous contrôle médical, est des plus simples. On a fait le silence sur ces milliers defemmes. Je déclare que je suis l'une d'elles. Je déclare avoir avorté. De même que nous réclamons le libre accès aux moyens anticonceptionnels, nous réclamons l'avortement libre.»

En 1974, l'Assemblée nationale vote le projet de Simone Veil ministre de la Santé, qui libéralise totalement la contraception. La Sécurité sociale rembourse la pilule. Les mineures ont droit à l'anonymat.
Simone Veildevant les deputés en 1974
Mais c'est seulement le 17 juillet 1975, que la loi Veil est élaboré. Elle promulgue la législation de l'interruption volontaire de grossesse. La loi autorise l’IVG dans un délai de 10 semaines, sur simple demande à un médecin mais, elle laisse la possibilité à tout médecin ou à tout établissement hospitalier privé de refuser de donner suite à une demande d’IVG. De...
tracking img