Expose royaume uni

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1475 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ROYAUME-UNI : ENTRE EUROPE ET INSULARITÉ.
voir dessous des cartes. Taper le sujet sur google.

 
POINTS DE REPERE

DONNEES DE BASE

- Souci de l'Angleterre de ne pas perdre sa spécificité.
- Liens privilégiés avec le Commonwealth, les Etats-Unis, qu'elle
entend sauvegarder.
- Economie malade en 1945 :crainte devant l'ouverture, même limitée,
des frontières.
- Refus de toute idée de supranationalité.
- Travaillistes plus favorables que les Conservateurs à la construction
de l'Europe.
- Opinion britannique peu à peu plutôt favorable à l'Europe.
 
POINTS DE REPERE

ELEMENTS DE DEVELOPPEMENT

Trois phases:

1) Les réticences britanniques.

- Jusque vers 1960, Anglais sur la réserve vis-à-vis de l'Europe.
- Contribuent à limiter les responsabilités du Conseil de l'Europe.
- Attlee comme Churchill refuse l'entrée dans la CECA.
- Eden puis Mac Millan, premiers ministres conservateurs, disent non au
Traité de Rome. Constitution de l'AELE (Association européenne deLibre Echange), en riposte.

2) Le veto français.

- Renversement de situation à partir de 1960 : l'incontestable succès du
Marché Commun attire les Anglais.
- Demandes d'adhésion à la CEE de Macmillan en 1963, de Wilson
(Travailliste) en 1967 : double refus du Général de Gaulle qui redoute
un affaiblissement de l'esprit communautaire.
 POINTS DE REPERE

ELEMENTS DE DEVELOPPEMENT (suite)

3) L'entrée britannique dans le Marché Commun.

- Acceptation par G. Pompidou de l'entrée du Royaume-Uni, effective en
1973.
- Mais attitude toujours retenue des Anglais, malgré les progrès dans
l'opinion (67 % d'avis favorables au référendum de 1975).
- Apreté deM. Thatcher, Premier Ministre Conservateur depuis 1979.
- Refus des parités entre monnaies dans le système monétaire européen.
- Réduction en 1980 de la quote part anglaise à la CEE.
- Divergences de vues aux divers "sommets" européens.
- Mais avec la décision de construction du tunnel sous la Manche et la
mise en oeuvre de l'Acte unique, accepté en 1985, leRoyaume-Uni
semble désormais bien amarré à l'Europe.
 
POINTS DE REPERE

DONNEES DE BASE

- Royaume-Uni monarchie constitutionnelle : Elisabeth II a succédé en
1952 à son père George VI.
- 1945 : Angleterre victorieuse mais épuisée - N'est plus en mesure de
diriger les affaires du monde.
- Puissanceéconomique vieillie et en déclin.
- Empire toujours immense mais miné par les nationalismes et le désir
d'indépendance.

- 1957 : Traité de Rome
- 1963-67 : 2 refus français de l'adhésion du Royaume-Uni à la CEE
- 1973 : Entrée du Royaume-Uni dans le Marché commun

www.touteleurope.fr

Capitale: Londres
Population: 61, 61 millions - (estimation Eurostat - 2009)Superficie: 243 820 km² - (Eurostat)
Taux de croissance du PIB réel: -3,8 % - (Eurostat - 2009)
Taux de chômage: 7,2 % - (Eurostat - mars 2009)
Dette publique en % PIB: 52, 0 % - (Eurostat - 2008)
Inflation: 3,6 % - (Eurostat - 2008)
Déficit public en % PIB: - 5,5 % (Eurostat - 2008)
Monnaie: Livre sterling
Date d'adhésion: 1er janvier 1973

Politique
[pic]Le Royaume-Uni de Grande Bretagneet d’Irlande du Nord (United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, nom officiel depuis 1923) est une monarchie constitutionnelle sur laquelle règne la Reine Elizabeth II de la dynastie des Windsor depuis 1952.

Le travailliste Gordon Brown a succédé à Tony Blair en tant que chef du gouvernement le 27 juin 2007. Tony Blair conduisait le gouvernement depuis 1997. Il a occupé ce poste...
tracking img