Exposition coloniale 1921

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5768 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
SABADO UGO.

Compte rendu, Exposition coloniale.

Dans un livre d’or publié par la fédération française des anciens coloniaux. Paul Reynaud est entré en politique au lendemain de la seconde guerre mondiale.
En 26 quand la droite reprend le pouvoir, Paul Reynaud devient le ministre des colonies en janvier 1931. Dans ce texte il dresse l’éloge d’une exposition qui est souhaitée par le particolonial, il représente les intérêts de ce mouvement, le parti colonial n’est pas un parti politique : il regroupe les partisans de l’empire que ce soit les hommes politiques a l’Assemblée Nationale ou au sénat mais aussi les gens issus de la sphère privée.
La fédération française des anciens coloniaux est l’organisme qui publie ce texte. Cette fédération regroupe des anciens soldats qui ontparticipés à l’expansion de l’empire.
En 1931 la fédération des anciens coloniaux reçoit une souscription nationale soutenue par Paul Reynaud pour maintenir son activité sur l’empire.
L’ouvrage ici présent est un livre d’or. Dans ce livre il y aura un recueil de textes élogieux, révérencieux à l’égard de l’exposition universelle. Ce livre d’or va regrouper les impressions des principaux organisateurset des acteurs principaux de l’exposition.
Ce n’est pas un texte informatif, il va décrire l’exposition de façon méliorative.
L’exposition de 1931 s’inscrit dans la longue tradition des expositions internationale. Elles naissent au 19ème pour mettre en pratique le génie des peuples (artistique, économique, culturel).
A la fin de la deuxième moitié du 19ème siècle chaque nation avait détenaitun pavillon et dans chaque pavillon il y avait une section coloniale.
Lors de l’expo universelle de 1900 les jardins du Trocadéro sont réservés aux colonies.
Le projet nait en 1913, l’idée est que ces pavillons doivent montrer l’effort effectuer par les métropoles sur les colonies et doit montrer un bilan positif.
Le projet s’arrête pendant la première guerre mondiale, mais en 1918 lamunicipalité de paris demande l’organisation d’une exposition coloniale inter alliés.
Il s’agit ici d’exclure les (le) vaincu(s) : l’Allemagne.
Cette exposition doit montrer l’apothéose de la 3ème république elle doit montrer  « l’effort colonial des nations civilisées éprises d’un même idéal de progrès et d’humanité ». Au début des années 1920 l’empire colonial français est à son apogée, il s’appui surle Maghreb, l’Asie et les caraïbes.
Le projet d’exposition internationale inter alliés est reporté et en 1931 il se concrétise sous la houlette du maréchal Lyautey.
Lyautey est un ancien monarchiste et il est surtout l’ancien résident général du protectorat français au Maroc. Selon un décret de 1928, Lyautey doit remplir 3 objectifs : tout d’abord présenter l’œuvre réalisé par la Francependant son empire colonial et montrer l’apport des colonies a la métropole enfin le dernier objectif est d’assurer un rôle de propagande direct c'est-à-dire vanter les mérites de l’empire.
Il faut bien considérer qu’en 1931 la France est considérée comme une grande puissance, c’est un ilot de prospérité dans un monde qui s’est engouffré dans une crise économique de 1929. C’est dans ce contexte quel’exposition doit montrer le triomphe de l’empire. Cette exposition se fait après qu’en 1930 la France ait fêté les 100 ans de la conquête de l’Algérie.
Dans les mémoires collectives la leçon retenue est que cette exposition ait donné aux français « une conscience impériale ».
C’est un lieu de mémoire, un endroit ou se fixe la conscience collective (Pierre Nora)[1].
Paul Reynaud dans ce texte,inscrit dans la culture française un empire colonial comme « une merveille, une curiosité ».
Dans un second temps l’empire est envisagé sous ses aspects utiles.
Enfin Paul Reynaud envisage un idéal impérial qui serait au service d’un occident solidaire.
Dans quelle mesure la célébration de l’exposition révèlent les différents aspects de la colonisation ?
En quoi l’éloge « de la plus grande...
tracking img