Fable ou histoire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1018 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fable ou Histoire Les Châtiments, Victor Hugo Intro : Le poème « Fable ou histoire » est issu du recueil poétique Les Châtiments, œuvre colossale et militante qui dénonce Napoléon III et son régime. Le titre est extrêmement violent, virulent. Le texte proposé dénonce sous forme d’apologue le coup d’état du 02/12/1951. Axes : I) C’est un texte qui frappe par son titre (fable ou histoire ?) II)Progression du récit III) Procédés mis en œuvre pour le portrait du singe. IV) Dimension argumentative du texte. I) Le lecteur est perplexe face au titre : doute à cause des choix alternatifs : fable ou histoire ? Indice pour fable : Présence d’animaux personnifiés L’aspect ludique avec une histoire courte et dynamique : qui va à l’essentiel Présence de paroles rapportées. Corps de la fable : effetsde rythmes accélère le rythme et effets de surprises : contre-rejet. Présence d’une morale implicite : - l’habit ne fait pas le moine, on peut toujours se faire tromper, duper et sans l’intervention d’un belluaire, le dictateur peut continuer. Napoléon3 a trahit ses engagements. Le belluaire représente l’auteur qui prévient le peuple, les autres. Par ailleurs, les personnages sont biencaractérisés avec une histoire simple pour les jeunes et plus compliquée pour les adultes. De plus on est en présence d’un monde merveilleux en apparence. Le mot « Histoire » : il peut se confondre avec la fable. Le mot est écrit avec une majuscule qui désigne plutôt la science historique et renvoi ainsi à l’actualité => on est dans le réel. Le « ou » : le ou peut être inclusif ou exclusif. Dans le titre ilest inclusif : le texte peut être une fable et une histoire historique. Dénonciation d’un régime et la fable est une argumentation indirecte en faisant réfléchir le lecteur et est ainsi plus efficace. II) Grandes étapes du texte : 1) Mise en place du récit (v. 1 à 5) : indice de temps, circonstances, personnages et action : qui, quoi, quand. « Royal appétit » : ironique il veut devenir un tigre et aun appétit digne d’un roi. Cela renvoi à la soif de pouvoir de Napoléon III. 2) Le discours direct du singe rend plus vivant le texte et le contre rejet créer un effet de rupture et de suspense. Le locuteur utilise des figures de style avec des hyperboles et accentue ainsi la supériorité et sa suprématie. 3) Les conséquences de la transformation : v. 7 à 13 : retour au récit avec le passé simpleet l’imparfait avec pour conséquence la dévastation des habitants, des animaux et de la nature : une dévastation générale. 4) V. 14 à 16 : retour au discours direct avec une intervention plus longue cette fois ci. Le personnage est presque saisie de folie : il est atteint de mégalomanie. Il est ainsi complètement identifié à son personnage et les autres le croient. Il utilise par ailleurs destermes se rapportant à la fiction et au théâtre. 5) V. 17 à fin : La chute avec les derniers vers qui sont du récit. On assiste à l’apparition d’un nouveau personnage qui sonne comme un coup de théâtre et qui est le belluaire. Ainsi, les masques tombent et avec un retour au discours direct à la fin avec des termes très court, simple et violent qui sonnent comme un verdict, une condamnation sans appel.V. Hugo essaye de dynamiser le récit.

III) Le portrait physique su singe occupe une place peu importante dans le texte : il est pratiquement absent et le seul mot est « maigre ». Il y a une raison logique à cela : dès le début le singe revêt une autre apparence il va ressembler et se comporter comme un tigre. Par contre, V. Hugo insiste sur le portrait moral du singe et notamment sur sasauvagerie, sa brutalité en utilisant le procédé du rythme et également en opposant deux champs lexicaux qui sont ceux : ***de la force, de la violence avec « féroce, atroce, carnage, horreur, … », et en placent certains à la rime pour les mettre en relief. ***et ceux de la peur, de la terreur : v. 15 et 16 dans le discours du singe et les bêtes qui l’admiraient et le fuyaient à grands pas. L’idée...
tracking img