Fables de jean de la fontaine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1054 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LA N°1 Fables de Jean de la Fontaine

Problematiques possibles :
En quoi cette fable est elle caracteristique de l’ecriture de la Fontaine ?
En quoi peut on dire que cette fable est satirique ?
A quoi la Fontaine s’attaque t’il dans cette fable ?
Montrer que cette fable est un apologue. ( récit qui a une visée didactique ( qui veut nous enseigner quelque chose)
1er Axe : Un recitdistrayant
Un recit concis et efficace.
_Un octosyllabe pour evoquer la S.I , un alexandrin pour clore le récit et qui souligne situation finale heureuse, surprenant tout en restant vraisemblable
_Des connecteurs comme « aussitôt » v.2, « bref » v.28, « a peine » v.49 qui souligne le tempo rapide de l’action
_L’attitude du cerf est elle aussi évoqué de façon très concise, v.45 « Le cerf ne pleurapoint » qui occupe un émistiche (Alexandrin coupé en deux partis égales)
_Precedemmet la F. a évoqué sur 4 vers comportement obsequieux ( qui exagere les marques de politesse). Exageration souligné par la diérèse «affliction, consolation »
TR : Nous allons étudier un élément très important du récit :
L’affrontement entre le roi et le cerf.
_La F. traite cet affrontement comme s’ils’agissait d’une scène de comédie (il priviligie le discours direct du vers 33 au vers 49) On y observe un roi méprisant qui s’adresse a son sulbalterne, il utilise une apostrophe qui rabaisse le cerf et de meme l’expresion « membre profane » souligne la superiorité du roi. Mais le cerf suite a une discours qui flatte le roi renverse la situation ( évoque la prospérité ainsi que la situation de la reine auxchamps « élyséens »)
_Le lecteur grace au précision de l’auteur v.26-27 sait que le roi n’est qu’un dupe du cerf
_L’attitude des courtisants v.49-50 anticipe celle du Roi. Le Roi disparait de la scène une fois qu’il a entendu les propos du cerf.
TR : Il existe d’autre éléments qui permette au fabuliste de plaire a son lecteur.
Une esthétique de la diversité
_On observe un système demetres varié : on joue sur différents longueur : un système de vers très varié (octosyllabes et alexandrins) qui s’adapte a différents situations. Alexandrin lance la critique v.17-19. Octosyllabe pour évoquer la décision très rapide du lion v.36-38 renforcé par les 3 imperatifs. Alexandrin pour evoquer le sejour chez les Dieux.
_Registre de langue variés v.56 pour clore la fable on observe uneexpression familiere « goberont »
_Heterometrique : système de vers différents
_La F. mèle toute sortes de références (Bible v.30 avec Salomon, et mythologie v.45 avec les Dieux. Il mèle le profane et le sacré v.35-36 et enfin il mèle animaux et homme, le monde animal et le monde humain. Il prete au animaux un comportement humain juste en les faisant parler.
TR : Cet élément final permet decomprendre la visée satirique de la fable.
2e Axe : La condamnation des mœurs de la cours
Un univers identifiable : « la cour »
_Terme nommé v.17. Autres mots qui préparaient cette annonce « Prince » v.3 (placé a la rime), « province » v.6 et « prevots » v.8 et « cérémonie » , « compagnie »  univers courtisant
_v.16 ironique qui montre bien que ce qui intéresse la F. est une volonté de satiresocial.
La satire des courtisans ( textes qui s’attaque a quelque chose ou a quelqu’un en se moquant)
_v.18 on observe deux antithèse renforcé par un chiasme qui souligne caractère changeant, versatile. Idée mise en valeur par le rythme irregulier et sautillant. Le courtisant change d’attitude en fonction de son désir de plaire ou non.
_ Deux verbes employés a la rime « être » et « paraitre »,ils s’opposent au niveau du sens et évoque l’une des principales critiques d’un groupe social qui se soucie uniquement de l’apparence. La charge si fait donc plus violent v.21 avec une double animalisation de la satire.
_Réification grace a l’expression « simple ressort ». Ils sont déshumanisés.
La satire du roi
_Puisque la F. s’inspire d’une fable etrangére et antérieur, on peut penser...
tracking img