Fables de la fontaine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1318 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Objet d'étude 1 : L'argumentation.

Texte 1: « Le loup et le chien » Jean de la fontaine.

Cette fable a une source grecque car elle vient du fabuliste Esope et du fabuliste Phedre (récent).
Cette fable est une fable animalière, il a recours a parlé aux hommes par l'intermédiaire des animaux. Ces animaux reporte les comportements des hommes. Ils sont très proches (famille) mais 2 modes devie totalement différents. Ce conflit est dynamique, il y a toujours apposition la plupart du temps pour survivre. Il n'est que dynamique mais lie la question fondamentale avec confort/ domestique ou liberté/ précarité.
Dans la mesure où la morale reste implicite : Peut on dégager la conception du bonheur de la fontaine ?
L'intérêt : proposer un microsome (une petite histoire) et à partir de çàil compose un récit plaisant qui entraine inconsciemment vers des questions profondes, rien qu'avec une petite histoire.

I /. L'art de la composition.
1. La structure du texte :

Non complexe ; ce sont deux bêtes qui se rencontrent puis se séparent. La fontaine épure (=simplifie) le récit.
Vers 1 à 9 = Présentation et rencontre des animaux → élément perturbateur.
Vers 10 à 31 =Arguments du chien en faveur de sa condition.
Vers 32 à 41 = Nouvel élément : le collier : domestique (le chien) → élément de résolution.
Vers 42 à la fin = Loup en liberté.
La structure met en avant le cou pelé et nous fait suivre jusqu'au Loup « qui court encore ». C'est une fable hétérométrique elle sert à donner souplesse, rythme, et dynamisme, cela épouse les émotions.
On trouve lesdécasyllabes, octosyllabes, alexandrins → manière libre.
Système de rimes croisées (premiers vers), ensuite suivies, rimes redoublées (x3), rimes embrassées . Il utilise toutes les rimes possible alors La Fontaine a une grande rigueur dans son poème mais aussi de la souplesse.

2. Le récit.

Ce récit encadre la fable et l'achève. Il sert à présenter les personnages, de l'action et lerécit intervient dans le dialogue ( « dit le Loup »).
Il fait preuve de rapidité, la Fontaine fait peu de renseignement il va directement à l'essentiel. Il fait avancer rapidement l'action par une abondance de verbes. Pas de redondance (répétition inutile).
3 verbes qui marque la progression de la rencontre.
Au dernier vers, deux verbes insiste sur la fuite/ la choix.
Il y a de l'imparfait et duprésent de narration, il présente l'action du passé simple mais nous fait vivre l'histoire, être témoin de la scène. Le présent est analogue à une pièce de théâtre.
Présence du futur dans le dialogue , il intervient pour miroité une plus belle vie que celle du loup.
Mode impératif, donne une valeur essentielle de conseil : grande diversité des temps, cela donne du caractère au texte.3. Description.

N'apparait que très rarement, ne décrit presque pas le cadre naturel. (« quitter les bois »). Sur le temps spacial ( le loup : le bois ; le chien : le logis). Très différent espace ouvert/clos ou naturel/humain. Il décrit le physique des personnages que très peu, cette description est négative (« ne..qui ») pour le loup; le chien est davantage décris et sadescription est valorisante (« aussi » : comparatif d'égalité). Les descriptions montrent que le chein a « raison » de son choix de vie contrairement au loup. De sorte que cela provoque un enjeu vitale. Un seul verbe d'état est négatif pour le chien (la marque du collier).

Le dialogue.

Le dialogue occupe une grande place, il intervient dès le d&but du texte. La Fontaine maîtrise lespossibilités de faire parler les personnages, il n'utilise pas la forme du discours direct. C'est une discours narratif pour ensuite ajouté le discours direct; le chien plus bavard car il vente sa condition. Convaincre → argument affectif.
La suite évoque la condition de suivi permanent qui tôt ou tard fini par : confort ou précarité ?
Le chien s'efforce de solliciter la sensibilité du...
tracking img