Fables la fontaine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3833 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La Fable

La fable est un récit (elle raconte quelque chose, des personnages, des épisondes).
COURT (( du Roman)
Sous forme : Allégorique (les personnages symbolisant vices et vertus).
Les vers en prose, qui vise à illustrer un précepte, une leçon, une morale.
• Fable (( Fabula = récit mensonger.

La morale des fables de La Fontaine peut-être explicite, ou simplement suggérée par lerécit, (exemple : La Cigale et la Fourmi, Le chêne et le roseau, …). Quand elle est explicite, la morale n’est pas toujours placée à la fin de la fable :
Le Loup et l’Agneau : « La raison du plus fort est toujours la meilleure : : Nous l’allons montrer à l’heure ». (( Le récit devient l’illustration ou la démonstration du constat initial.
Le Corbeau et le Renard : C’est l’un des protagoniste quidégage la leçon (amère) à de l’humiliation qu’il vient d’infliger à son interlocuteur.
Cette morale des fables peut ne pas être « morale ». Elle n’exprime pas ce qui doit être(le monde tel qu’il devait être) mais ce qui est : elle dégage les rudes lois du monde ; elle montre aussi que les rusés et les méchants existent et triomphent parfois. Exemple :
• Le Loup face à l’Agneau
• Le Liondans de nombreuses fables
• Le Renard (l’emporte non pas par la force mais par la ruse).

Dans les fables, les faibles, les naïfs, les êtres confiants, sont souvent punis : il leur arrive malheur.

Le Chêne et le Roseau

1) Le discours du chêne au roseau

- Le chêne parle le premier
- Il parle longuement : - Vers 2 -> Vers 17 => 16 vers
( Il occupe à lui seul lamoitié de « l’espace » de la fable
( Ce beau parleur est d’abord un « grand » parleur.

- Il s’adresse au roseau apparemment avec sympathie pour partager sa peine et même ses revendications qu’il estime d’avance fondées :
- « Vous avez bien sujet d’accuser la nature … »

Habilement, le chêne, en paraissant « accuser la nature …» stigmatise/accable d’autant plus le roseau puisque c’estune façon de lui dire : 1) Qu’il est mal fait
2) Qu’il n’y a rien à y faire
Le discours du chêne s’ouvre et se ferme sur la même idée : « la nature envers vous me semble bien injuste » (vers 17).
Le roseau, par rapport à la Nature conçue comme une puissance souveraine qui dispense aux uns et aux autres les biens, les qualités, les avantages, les défauts, est dans le camp des victimes(définitives) ce que le chêne exprime en termes quasi judiciaires : « accuser » v1 ; « injustice » v17.
Mais l’injustice dont est victime le roseau est d’ordre NATUREL, elle est définitive et elle le marque même dès la naissance (mot de même famille que la nature) : vers 11->vers 15
(sous l’ancien régime, la naissance est tout : elle marque le statut social d’un personne, qui s’exprima par de nom,le costume, les privilèges et les obligations).
L’infériorité du roseau est
- PHYSIQUE : faiblesse (2 preuves : le roitelet, le vent)
- SOCIALE
- MORALE : Caractère insultant de : « vous oblige à baisser la tête »
Lié à la naissance et même au lieu de naissance qui le stigmatise dès l’origine.

Ce grand parleur est aussi un beau parleur, son discours ne se caractérise passeulement par son étendue, ni par la hauteur condescendante avec laquelle il s’adresse au roseau. Mais par le style soutenu, oratoire, éloquent dont il use pour lui parler. Le chêne utilise toutes une gamme de figures : Elles reflètent une vision du monde. La vision que le chêne a du monde se caractérise par des contrastes.

Le moindre vent (…) vous oblige
( ((force)
(faiblesse)Roitelet Pesant Fardeau
( (
(Le plus petit des oiseaux)·( poids disproportionné de cet oiseau minuscule)

Opposition entre le chêne et le roseau : Cependant que
La phrase écrase le roseau sous la masse de ses consonnes lourdes et dure : Cependant … Pareil … que … Caucase.

Brave la tempête Non contents.

Le chêne avait composé le roseau...
tracking img