Fachoda

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 221 (55137 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
t

iPrcseiiteD to

ot tbe

TUniverôitç of ZToronto

itlJ^L

JAN

i 5 1924.

\

LE PARTAGE DE L'AFRIQUE

FACPIODA

Il

a

(Hé

lin'',

de

cet

ouvrage,

quinze exemplaires sur papier de Hollande.

DU MÊME AUTEUR

Études historiques sur

le

XVI'' et

le

XVII"

siècles

en
3 fr.

France. Hacliette, in-12. Prix

oO

Henri Martin

:sa vie, ses œuvres, son temps. Léopold
3 fr.
r.O

Cerf, in-12. Prix Histoire

du Cardinal de
le

Richelieu, gr. in-8o, ouvrage
(1896),
t. I

qui a obtenu
t.

grand prix Gobert

et

II.

Firmin Didol. Le volume
la

10

fr.

Le Tableau de
Prix
L'affaire

France en 161 i. Firmin Didot, in-12.
3 fr.
r>0

de

Madagascar.

Calmann-Lévy,

in-12.
3 fr. !iO
.Prix
L'Ènenjie française. E. Flammarion, in-12. Prix.

3 fr.

îjO

La Paix

latine, l

volume

in-18. Société d'Édition
3
fr.

contemporaine. Prix

50

Du choix d'une
rion

Carrière.

1

volume

in-18.

Flamma3 fr. bO

Histoire de la France cojifempominc. 4

volumes in-18
30
fr.

Société d'édition contemporaine. Prix

LE PARTAGE DE L'AFRIQUE

AFACHODA
GABRIEL HANOTAUX
DE L ACADEMIE FRANÇAISE

C.^^'if' "ERNEST FLAMMARION, ÉDITEUR
26, RUE RACINE, 26
Droits de traduction et de reproduction réservés pour tous les pays

PARIS

y compris la Suéde ut la Norvège.

'y

AVERTISSEMENT

Le présent volume est consacré au rôle de la France dans V œuvre internationale qui consomma, à la fin du XIX^ siècle, le partage de V Afrique.Cette histoire
ce livre à tion

na

pas encore

été écrite

:

f offre

ceux qui l'écriront comme une contribu-

émanant d'un acteur et d'wi témoin. Une partie importante de ma vie publique s'est consacrée aux questions coloniales à ses débuts,
:

auprès de Jules Ferry,
,

elle

avait reçu les preet

miers enseignements la doctrine,

collaboré

aux
eut,

premièresentreprises.

Après

la chute de Villustre initiateur, il

y

pendant cinq ans environ, une période de remission daîis l'expansioyi française
i(SVS'9,
:

?nais à partir de

se

du boulangisme passée, la France remit avec ardeur à l'omvre coloniale.
la crise

Viri

AVERTISSEMENT
cette époque,

Nommé, à

service des protectorats

par M. Spuller^ chef du au 7mnislf)re desA/Jaires

Etrangères, en cette (jualitê d'abord, puis

comme

directeur, puis coynme ministre, je m^attachai à
ces questions. C'est à ces titres divers que ai pris part aux nojnbreuses îiégociations qui ont consa-

f

cré r expansion française dans les diverses parties

du monde.
Tandis qu'au ministère des Colonies, M. Etienne
et

son école dirigeaient la tâche laborieuse de
etl'éta-

blissement
et les

de la conquête, tandis que les sociétés

comités d'initiative^ la Société de Géographie,

la Société de géographie

commerciale, V Afrique
le

Française, entretenaient

feu sacré, tenaient
les

le

public en haleine, provoquaient
et les
les

collaborations
et

concours^ saluaie?it

au départ
le

au retour

champions et les héros^ministère des Affaires

étrangères avait pour mission de veiller

aux

con-

tacts soit avec les puissances voisines, soit avec les

populations lointaines,

et,

quand

les résultats

pa-

raissaient acquis, de tes saisir et de les fixer dans

des actes définitifs.

Double tâche où

la difficulté s'accroissait encore

d'une sorte d'inquiétude permanente de Vopinion,
Ils'agissait d'ouvrir le inonde à la pénétration

française

sans provoquer

des

i^ésistances

trop

graves

et

sans réveiller des oppositions trop redou-

tables. Il fallait,

avant

tout,

ménager

les intérêts

vitaux de la métropole dans ses relations générales.

AVERTISSEMENT

IX

ne jamais perdre de vue la frontière continentale

quand on
ceinture...
tracking img