Faiblesse du personnage de roman

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1470 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Vanille Hubert
1S4
31/03/08

Dissertation

Nombreux sont les romanciers qui ont créé des héros faibles, maladroits ou ridicules. Quel intérêt ce choix présente-t-il selon vous ?

Au XIXème et au XXème siècles, nous avons pu voir l’évolution du personnage de roman. En effet, le personnage est passé de héros dans tous les sens du terme au terme d’antihéros : Robert Musil l’appelle même un« homme sans qualités », et pour Nathalie Sarraute, « le personnage n’est plus aujourd’hui que l’ombre de lui-même ». Le héros n’est donc plus héroïque et exemplaire. De nombreux romanciers ont depuis décidé d’écrire des romans où le personnage principal était faible, maladroit, ridicule, médiocre... Quel en est donc l’intérêt ? Nous étudierons donc tout d’abord quelles sont les faiblesses dupersonnage pour ensuite nous intéresser aux intérêts de ces choix.

Le personnage de roman peut avoir diverses faiblesses. Une de celles-ci est certainement la sensibilité, les sentiments, un surplus d’émotions. Nous pouvons voir que dans Manon Lescaut de l’Abbé Prévost, Desgrieux est troublé par l’amour qu’il porte pour Manon. Nous le voyons dès leur première rencontre où Desgrieux agit sansréfléchir et son comportement est totalement différent à celui qu’il aurait eu pour n’importe qui d’autre. Il prend la décision d’aller la voir rapidement, sans hésitation alors qu’auparavant il se considérait timide. Il est porté par les émotions et ne contrôle pas la « passion innocente ». Il se sent aussi impuissant face à la nostalgie d’un passé heureux et tranquille avec ses parents, dans sa famille…« Mon père qui m’aimait si tendrement ». Nous observons aussi que dans Le Père Goriot de Balzac, le père Goriot agit constamment en fonction de ses filles, tant l’amour qu’il leur porte est intense. Il se retrouve à perdre tout son argent, tous ses moyens au détriment de celui de ses filles. De plus, la nostalgie revient souvent dans les romans, ou la faiblesse du personnage se montre à partir dumoment où il se perd dans ses souvenirs.
Aussi, nous pouvons retrouver des personnages qui créer leur propre faiblesse. Par exemple par lâcheté, dans le Voyage au bout du monde de Céline où le personnage assume sa peur, sa « frousse ». Il s’annonce lui-même lâche : « serais-je donc le seul lâche sur la terre ? ». Ceci met le personnage en décalage avec son temps. Il se condamne lui-même ets’isole. Nous voyons ceci dans l’Etranger de Camus dans lequel Meursault se présente comme une personne dénuée de sentiments, étranger aux situations. Le personnage conscient de ce qu’il fait s’enfonce lui-même dans sa situation ce qui le rend encore plus faible qu’il ne l’est. Il accepte volontairement sa situation qui est loin d’être enviable comme dans Le Procès de Kafka où le personnage ne cherchemême pas le pourquoi du comment, ou dans Le dernier jour d’un condamné de Victor Hugo et dans la Métamorphose de Kafka dans lesquels les personnages principaux acceptent leurs situations.
Enfin ceci s’oppose aux personnages qui n’ont aucun contrôle des événements, qui subissent sans pouvoir rien changer. Ils sont montrés comme des victimes, ridicules sans le vouloir, banals. En effet, dans ManonLescaut, Desgrieux se retrouve seul et manipulé par le frère de Manon. Dans le Père Goriot, le père est victime de l’inhumanité des filles et ne se rend pas compte de ce qu’il fait en perdant tous ses moyens… Dans la Chartreuse de Parme de Stendhal, Fabrice se sacre lui-même héros alors qu’il ne l’est pas et cette naïveté le rend plus faible encore. Il n’est pas conscient de ce qu’il vit, toutcomme Don Quichotte dans le roman de Miguel de Servantes qui vit complètement dans son monde imaginaire, conduit par les récits de chevalerie qu’il lit. Cette imagination que l’on retrouve dans Madame Bovary de Flaubert où Emma veut vivre dans ses romans à l’eau de rose alors qu’elle n’est une simple bourgeoise de province. Leurs quotidiens mettent en scène leur bêtise et leur incapacité à se...
tracking img