"Familles, je vous hais !" dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1111 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation : « Familles, je vous hais ! »

Dans la tradition européenne fortement influencée par le christianisme, elle a souvent symbolisé l’amour, la sécurité et la solidarité. Dans de nombreux ouvrages, elle a été célébrée comme un lieu de ressourcement où cessent tous les tumultes de la vie. Mais, en 1897, un auteur n’hésita pas à choquer ses contemporains enproclamant : « Familles, je vous hais ! ». Phrase culte d’André Gide, extraite de son ouvrage les « Nourritures terrestres », elle fut surtout le cri d’un homosexuel probablement incompris par ses parents, de riches bourgeois protestants. Depuis lors, la famille essuya de nombreuses critiques et fut au centre de polémiques entre opposants et fervents défenseurs. Pourtant, elle subsiste bien qu’elle subisseactuellement de nombreuses transformations. Mais peut-on s’éloigner, ou non, de celle qui constitue parfois plus un poids qu’un soutien ?

Tout comme Gide, de nombreuses personnes doivent faire face à ce qui est communément appelé le conflit d’opinion. Dans la mesure où la famille est essentiellement la réunion de personnes liées entre elles par le seul lien de parenté, il n’estpas rare qu’il y ait des différences dans la façon de vivre ou de penser ; par exemple, lorsqu’une partie de la famille soutient un parti politique extrémiste et pas l’autre. En outre, la jalousie constitue également un véritable fléau par rapport à l’entente familiale. Combien de personnes ne se sont-elles pas déchirées après la mort d’un proche au moment du partage de l’héritage ?En plus des tensions ou de la jalousie, la famille est parfois une véritable prison. Les personnes sont parfois conditionnées depuis leur enfance au point qu’elles n’ont plus de pensée, de façon d’être ou d’agir personnelles. Dès lors, il n’y a plus de conflit possible puisque en quelque sorte la liberté d’expression est supprimée. L’exemple le plus frappant est celui du père de familleislamiste qui impose à ses filles le port du voile, leur croyance, leurs fréquentions voire même leur mari !

En outre, pour beaucoup la famille n’a plus autant d’importance car de nombreux mariages finissent par un divorce ; selon les statistiques deux unions sur trois en Belgique. Mais pourquoi autant de divorces à l’heure actuelle ? Est-ce la diminution du poids social, familialet religieux ? De fait, actuellement beaucoup plus de femmes ont une profession. Il faut savoir qu’en 1968, seulement 40 % des femmes de 25 à 34 ans travaillaient à l’extérieur ! Il y a encore 40 ans les couples ne divorçaient pas par peur du jugement familial fortement influencé par l’Eglise. Avec l’évolution des mœurs, le divorce n’est plus considéré comme tabou.

Toutefois,la famille n’est pas un concept totalement tombé en désuétude dans la société occidentale.

C’est ainsi qu’elle constitue réellement un cocon où l’on peut facilement se ressourcer. C’est d’autant plus important qu’actuellement il est de plus en plus difficile de trouver un endroit où « se poser ». Partout, l’être humain est continuellement sous pression. Au travail, par exemple,on ne laisse quasiment plus de place à l’aspect social ; l’aspect productif lui est malheureusement souvent privilégié. Par conséquent, le fait de se retrouver le soir chez soi constitue pour beaucoup la bulle d’air nécessaire à l’équilibre personnel. Il est vrai que nous pouvons également chercher du soutien auprès de nos amis mais, la plupart du temps, c’est au sein de notre foyer que noustrouvons le réel réconfort. Jean-François Marmontel disait d’ailleurs : « Où peut on être mieux qu’au sein de sa famille ? »

Par ailleurs, celle-ci peut être prête à tout pour défendre un de ses membres ; elle constitue souvent un de nos meilleurs alliés. C’est dans ces circonstances que le lien du sang prend tout son sens. Il faut penser à la grand-mère de Léopold Storme....
tracking img