Fanatisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2786 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Exposé sur le fanatisme
Par :

Introduction :
Fanatisme, n.m derivé du latin fanaticus : Inspiration divine et extrémiste, désignant celui qui se passionne à l’excès pour une religion, une opinion, un parti ou simplement pour un ouvrage ou son auteur. Peu être synonyme d’: Acharnement – amour – ardeur – chaleur – conviction – délire – don de soi – emballement – engouement – enthousiasme –exaltation – ferveur – feu – fièvre – flamme – folie – frénésie – fureur – lyrisme – passion – zèle.

Cela dit avec Voltaire, cet enchainement de syllabes prennent une toute autre tournure, car tout au long de son existence il s’engage en s’armant de mots et bon sens et s’oppose au fanatisme et l’intolérance. Ainsi de la Henriade à Candide en passant par le dictionnaire philosophique – la où ilcompare gentiment le fanatisme à une maladie qui se gagne comme la petite vérole. - Il met de son cote un parti de fidèle qui par leur idées subsistent encore même à travers les générations.

Voila donc, tout au long de cet exposé on aura l’occasion de divaguer un peu plus amplement sur un sujet controversiste qui n’est autre que le fanatisme religieux qui remarquons le gâche nos chroniquejournalières.
Le sommaire d’aujourd’hui sera un enchainement de trois parties :
En premier lieu l’étude des chapitres dans l’œuvre candide qui reflète la pense de voltaire sur le fanatisme.
En seconde partie quelques formes et aspect ou le fanatisme excessif survient ainsi que quelque exemple de spectacle approuve par les plus fanatiques à travers l’histoire ainsi que de nos jours
Pis onenchainera avec non compère marocains et fanatiques.
Et pour clore le bal : Le slam que tout le monde ici attend avec ferveur.

Partie I : Fanatisme dans l’œuvre :
Soit, de nos jours le nom de Voltaire reste rattaché à son combat contre « l’infâme », nom qu’il donnait au fanatisme religieux, ainsi pour le progrès et la tolérance. Il est cependant croyant et déiste et son idéal reste celui d’unemonarchie modérée et libérale, éclairée par les « philosophes ». Voltaire se refuse parcontre à l'athéisme. Il ne cessa de répéter son fameux distique :
L'univers m'embarrasse, et je ne puis songer
Que cette horloge existe et n'ait point d'horloger.
il dénonce comme dérisoire le providentialisme (dans Candide par exemple)
Voltaire et l’islam :
Voltaire était attiré par la rationalitéapparente de l'islam, « religion sans clergé, sans miracle et sans mystères » disait-il. Il apercevait dans le monothéisme musulman une conception plus rationnelle que celle du christianisme. Il consacra a l’islam et ses vertu toute une tragédie qu’il intitula Le Fanatisme ou Mahomet, Voltaire ironise en décrivant Mahomet comme un « imposteur », un « faux prophète », un « fanatique » et un« hypocrite » Toutefois cette mise en scène est surtout « un prétexte à dénoncer l'intolérance des Chrétiens - catholiques de stricte observance, jansénistes, protestants - et les horreurs perpétrées au nom du Christ » , il reparle de Mahomet et de l'islam dans un article « De l'Alcoran et de Mahomet » publié en 1748 à la suite de sa tragédie. Dans cet article, Voltaire maintient que Mahomet fut un« charlatan », mais « sublime et courageux » et écrit qu'il n'était en outre pas un illettré. Voltaire porte un « jugement assez favorable sur le Coran » ou il y trouve, malgré « les contradictions, les absurdités, les anachronismes », une « bonne morale » et « une idée juste de la puissance divine » et y « admire surtout la définition de Dieu ». Ainsi il  concède désormais  que « si son livre estmauvais pour notre temps et pour nous, il était fort bon pour ses contemporains, et sa religion encore meilleure. Il faut avouer qu’il retira presque toute l’Asie de l’idolâtrie » et qu' « il était bien difficile qu’une religion si simple et si sage, enseignée par un homme toujours victorieux, ne subjuguât pas une partie de la terre ». Il considère que « ses lois civiles sont bonnes; son dogme est...
tracking img