Fascisme en birmanie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1079 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
a) Par qui le régime totalitaire a-t-il été mis en place, où, quand et dans quelles circonstances ?

Avant même son indépendance le 4 janvier 1948, la Birmanie était minée par les divisions politiques. Aung San fut assassiné avec six membres de son cabinet le 19 juillet 1947 (U Saw, rival politique et premier ministre d'avant-guerre, fut exécuté pour ce crime). U Nu, chef du Parti socialisteBirman, remplaça Aung San à la tête de la Ligue anti-fasciste pour la liberté du peuple (AFPFL) et devint le premier premier ministre du nouvel état.

L'indépendance fut suivie de révoltes au sein de l'armée et des groupes ethniques nationaux. Fin 1948, après un conflit entre militaires rivaux, Ne Win fut nommé second de la hiérarchie militaire et son rival Bo Zeya, un communiste ancien membre destrente camarades, entraîna une partie de l'armée dans la rébellion. Avec l'accord d'U Nu, Ne Win lança immédiatement une politique de création sous son autorité parsonnelle de bataillons d'une milice socialiste appelée 'Sitwundan'.

le 2 mars 1962, Ne Win renverse le gouvernement élu grâce à un coup d'État. Il prend la tête du Conseil Révolutionnaire et se nomme premier ministre. Le coup d'Étatlui-même se déroula sans effusion de sang (il semble qu'un fils de l'ancien président Sao Shwe Thaik en ait été la seule victime). Il fut suivi de divers mouvements de protestation, et en particulier d'émeutes à l'Université de Rangoon, où l'armée fut envoyée le 7 juillet pour rétablir l'ordre. Bien qu'elle ait agi jusqu'alors avec une certaine retenue, son intervention se traduisit par la mortde 130 étudiants. Le bâtiment de l'Union des étudiants fut dynamité le lendemain.

b) En matière de politique intérieure, quelles sont les principales mesures prises par le nouveau régime ?

La santé de l’économie birmane dépend en grande partie des performances de son agriculture, mais son développement est pénalisé par l’incohérence ou l’absence de réformes économiques et le faibleinvestissement dans les infrastructures.

Les nationalisations et la politique d'autarcie du gouvernement entraînèrent un arrêt brutal du développement économique du pays. Le marché noir et la contrebande devinrent omniprésents, tandis que l'état glissait lentement vers la banqueroute. La politique d'autarcie impliquait aussi l'expulsion des étrangers et la restriction de leur durée de séjour à troisjours, puis, après 1972, à une semaine. L'oppression politique conduisit aussi l'exil de nombreux professionnels.

Ne Win prit également des initiatives audacieuses en matière monétaire : en 1963, il décréta la fin immédiate du cours légal des billets de 50 et 100 kyat. Cette manœuvre était destinée à mettre fin à l'inflation, à leur stockage par les trafiquants et au financement des rebellions.Bien que des compensations limitées fussent offertes, toutes les économies des populations disparurent en une nuit.

c) En matière de politique extérieur quelles sont les principales mesures prises par le nouveau régime ?

Le régime birman a fait le choix d’une politique de refus de la démocratie qui l’a coupé de ses partenaires occidentaux (Union européenne, États-Unis, Australie, Canada) etrapproché de la Chine. La Birmanie est membre de l’ASEAN (dont l’approche a toujours été celle de «l’engagement constructif») et entretient aussi des relations étroites avec l’Inde.

Les sanctions européennes ont été renforcées après la répression des manifestations, en 2007, par l’adoption d’un embargo sur les importations de pierres précieuses, de bois, de métaux et de minerais en provenance deBirmanie, ainsi qu’une interdiction des investissements dans ces secteurs. En août 2009, l’Union européenne a condamné le verdict du procès intenté à Mme Aung San Suu Kyi et a réagi en adoptant de nouvelles mesures de sanction. La Birmanie c'est aujourd'hui mit tout le monde a dos, ce qui n'arrangera pas sa situation économique.

d) Le régime politique étudié s'est-il montré respectueux des...
tracking img