Fascisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6151 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Leçon 1 l’Italie Fasciste
(une journée particulière E. Scola, 1977 ; la marche sur Rome (D Risi 1962)

Intro : depuis la fin du 19e, l’irruption des masses populaires dans le jeu politique perturbe les conditions d’exercices de celui-ci. Or, ni les régimes autoritaires, ni la démocratie libérale n’apportent une solution à ce problème. Et c’est pourquoi on voit naître au tournant du 19e et 20esiècle, des partis politiques de types nouveaux qui ont précisément pour vocation l’encadrement des masses. Comment l’Italie gère-t-elle ses masses populaires et la sortie de la 1ère Guerre Mondiale dont elle attend son achèvement territorial ?

I A la recherche du modèle fasciste dans l’Italie mussolinienne. 1919-1926.

A) La frustration nationale d’après guerre.
1) Les promessesterritoriales non tenues

En Italie, les rancœurs sont très fortes.
L’Italie avait rejoint l’Entente par le traité de Londres signé en 1915. Le traité laissait espérer de larges compensations territoriales :

les terres irrédentes du Trentin, Trieste et Vénétie Julienne (Territoire ayant une majorité d’italien mais sous dom de l’Autriche Hongrie)
la domination del’adriatique
une influence sur l’Albanie
des possessions en Asie Mineure

Or, en 1919, Wilson, au nom du principe des nationalités, s’oppose à une partie de ces annexions, provoquant en Italie une colère profonde et une importante vague nationaliste qui sape les fondements de la jeune démocratie libérale. L’Italie a le sentiment « d’une victoire mutilée »

Pour protester contre leprogramme de Wilson, le poète Gabriel d’Annunzio et ses Arditi (commandos guerriers) ,occupent pendant un an le territoire de Fiume sans l’accord des Alliés mais il doit abandonné sous la pression du gouvernement)

2) l’impossible retour à la normale d’avant 1914 : texte 3 p 268

Le conflit a entraîné des phénomènes irréversibles :
L’Italie a perdu 7000000 H
Crise économique :Dérèglements économiques et financiers : inflation et impôts ; Nouveaux riches ayant profité des dépenses de guerre
Crise sociale : Perte de pouvoir d’achat d’une classe moyenne et des petits bourgeois aux revenus fixes (gel des salaires alors que l’inflation est forte). La vie chère donne lieu à des révoltes et à des grèves de la faim1919-1920
Crise politique : Perte de confiance envers lesgouvernants et les politiques pour traiter les problèmes internationaux (le gvt démocrate de Nitti à signer le traité de Versailles en 1919 sans chercher à négocier des compensations) et affronter les difficultés du pays. Les 2 partis de masse, socialiste et populaire, (catholique) refusent d’assumer les responsabilités du pouvoir et laissent les libéraux minoritaires, donc fragiles, gouverner

Parceque l’opinion publique est déçue, elle se tourne par réaction vers des partis minoritaires qui proposent une autre voie. Mussolini, ex-dirigeant socialiste, exclu du PSI en 1914 pour avoir préconisé l’intervention dans la guerre, groupe autour de lui un parti de masse, les Faisceaux de combat formé à Milan en Mars 1919. Son programme est à la fois nationaliste et social.

le fascisme :d’une minorité à l’encadrement des masses. Doc 1p268

le Faisceaux de Combats est composé d’interventionnistes de gauche, d’arditi (hommes des corps francs italiens qui apparaissent comme des héros de la guerre), d’intellectuels futuristes, de jeunes bourgeois, de chômeurs.

Le phénomène fasciste peut émerger grâce à un dirigeant , Dino Grandi, qui met ses milices armées fascistes, lesSquadre de chemise brune, au service des grands propriétaires terriens pour briser la puissance du socialisme et du syndicalisme des ouvriers agricoles. A Florence des ouvriers agricoles avaient formé un soviet (conseil) pour protester contre la vie chère et se répartir les denrées agricoles. En Italie du Sud les socialistes occupaient les terres promises aux paysans et non distribuées ....
tracking img