Fascismes, stalinisme et totalitarisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1658 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Fascismes, Stalinisme et Totalitarisme

Introduction

Dans les débats, il y’a une polémique concernant l’association du fascisme, stalinisme et totalitarisme. Depuis un certain temps, en politologie et histoire, essentiellement sous l’effet de FURET le terme totalitarisme a été utilisé pour décrire deux systèmes: le fascisme (italien et allemand)et le stalinisme. Mais il faut faire attention,le totalitarisme est différent de la dictature et de la tyrannie.
Le terme fasciste signifie: techniquement, le régime mis en place par Mussolini (le premier a véritablement l’assumer), une organisation bien précise, renvoie à la mythologie latine. Il y’a bien conscience d’un régime nouveau, on parle de régime TOTAL, il le revendique même (non-libéral, non-démocratique). Au départ, Mussoliniest socialiste.
Par extension, on étend le terme à tous les régimes de même nature, tous les régimes de type autoritaire ont été qualifiés de fasciste. Aujourd’hui, on renvoie à des notions plus affinées.
Dans le sens commun, le terme est une sorte d’injure. Le fasciste représente tout acte d’autorité (ordre fasciste).
Le problème du fascisme est qu’il n’existe pas de doctrine élaborée, debible du fascisme italien. Alors que du côté soviétique, on trouve des références: société sous les préceptes marxistes. Côté nazi: « Mein Kampf ». Le fascisme n’est pas préparé par une lignée de théoricien. Ce qui a gêné les scientifiques qui ont cherché les origines par affiliations (forcées) au 19ème. Les dictateurs fascistes ont été d’abord des empiriques sortis de la guerre, ont vécu laviolence, ont vu fonctionner la masse et la violence.
Ils ont vu se mobiliser la masse contre ce qu’on leur imposait et ont vu un chef sortir de la mêlée. La lutte fasciste est d’abord un refus des systèmes existants et non pas une doctrine à la base. C’est ensuite, de la pratique que s’est élaborée une idéologie. Refus des conditions qu’on impose à un pays puis progressivement propositionsd’organisation de la société selon certains principes.

SECTION 1: La vague autoritaire de l’entre-deux-guerres en Europe

Il faut insérer le fascisme dans une vogue extraordinaire de régimes autoritaires.
Dictature militaire en Pologne, Turquie kémaliste (même si Kemal a amené la Turquie dans la modernité  parti unique, régime policier, culte de la personnalité mais a voulu occidentaliser et imposerla scolarisation; il s’agissait de mettre fin à une théocratie). Dictatures royales en Hongrie, Roumanie, Bulgarie. Dictatures civiles: Autriche (rejoint fascisme italien), Portugal.
Quand on fait le bilan de l’Europe entre 14-18 et 45, on constate des dictatures militaires, royales, civiles,…Le cas de l’Espagne est particulier. A connu un moment démocratique puis en 23 une authentique dictaturepuis le régime a dérapé. La droite prend le pouvoir en 1933. En 36, le front populaire espagnole […] entre en guerre civile. L’Autriche se fait en passer en victime en 45. Tous les pays européens à part la Grande Bretagne, la Belgique, la Hollande, les pays scandinaves entre 18 et 40 contestent la démocratie, le régime libéral,…Rupture ou refus du régime libéral, démocratique (l’Espagne et laRussie n’ont jamais connu de démocratie?)
Remarque: la posture économique qui détermine la posture politique ou sociale.
La Belgique est très déstabilisée. La France en 40 Vichy (avec l’appui de la majorité des Français jusqu’en 44).  Ébranlement général.

SECTION 2: Comparaison nazisme/fascisme - communisme/stalinisme

Le communisme et le fascisme sont englobés sous « totalitarisme ». Idéede créer l’ordre, un ordre nouveau.
Le régime communiste s’est toujours présenté comme celui qui avait vaincu le fascisme. Tout attaque contre le communisme est qualifiée de fasciste. Dès le moment où le régime s’effondre, il devient objet historique. C’est une des raisons pour laquelle il y’a eu INÉGALITÉ DE TRAITEMENT DES DEUX REGIMES. Besançon pose la question: comment se fait-il qu’on...
tracking img