Faut-il chercher le sens d'une oeuvre dramatique dans son dénouement ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2458 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Faut-il chercher le sens d’une œuvre dramatique dans son dénouement ? »

Qu’il soit tragique ou heureux, c‘est par son dénouement que s’achève une œuvre dramatique. Aussi, celui-ci maintient souvent l’intérêt du spectateur jusqu’à la chute du rideau. Est-il alors le lieu crucial pour l’herméneutique de la pièce ? Le dénouement révèle-t-il le sens d’une œuvre dramatique ? On reviendra dansun premier temps sur le statut même du dénouement, puis on envisagera comment le schéma dramatique qui mène l’intrigue jusqu’à sa résolution finale fait du dénouement le lieu propice à la délivrance d’une morale de l’histoire. Mais on verra ensuite que certains dénouements problématiques nécessitent de chercher ailleurs le sens de l’œuvre.

La nature même du dénouement peut donner son sens àune œuvre dramatique. Boileau l’évoque dans L’Art Poétique Chant III en définissant le dénouement comme un « secret » qui devient « tout à coup la vérité connue » et « change tout, donne à tout une face imprévue ». Ainsi la logique du dénouement contredit parfois celle de l’intrigue ou au contraire permet de la retrouver avec l’intervention d’un « Deus ex machina » . Aussi, dans certainesréécritures, le dénouement modifie également le sens de l’œuvre.

Le sens et la logique du dénouement s’opposent parfois à la logique de l’intrigue d’une œuvre dramatique. En effet, on ne saurait prévoir certains renversements de situations qui apparaissent en contraste avec toute l’intrigue dramatique et qui en changent ainsi la signification. On observera par exemple que dans Le Tartuffe de Molièretout laisse à croire que le faux dévot, l’imposteur va réussir à escroquer la famille d’Orgon qui ne s’aperçoit en rien de la supercherie. Pourtant, c’est au dernier moment que l’exempt, représentation du roi, va se présenter pour rétablir miraculeusement la situation en punissant le coupable et en faisant triompher l’autorité royale. De la même façon, on retrouve un dénouement allant àl’encontre du contexte dramatique dans Dom Juan, du même auteur, dans lequel le personnage éponyme, un noble, séducteur et libertin blasphémateur accumule les conquêtes amoureuses sans vergogne et en se moquant des conséquences et du châtiment qui pourraient s’ensuivre. Aussi, le dénouement se distingue par un châtiment exemplaire : le sol se dérobe sous les pieds de Dom Juan qui est emporté dans lesflammes de l’enfer. Lui qui n’a cessé de provoquer Dieu, sa punition est exemplaire autant par sa sévérité que par sa fulgurance. Dans ces deux œuvres dramatiques, rien n’annonçait un tel dénouement, en décalage avec la logique du reste de l’intrigue. Le sens de l’œuvre prend donc toute son importance dans cette conclusion.

Par ailleurs, on observe dans certaines œuvres dramatiques l’interventiond’un « Deus ex machina »  , une personne ou une action se ralliant aux divinités et arrivant de façon impromptue à la fin de la pièce et par laquelle le dénouement s’effectue. Cette intervention modifie ainsi le cours de l’action pour résoudre une situation désespérée ou revenir à la logique initiale de l’intrigue tout en proposant un « happy end ». C’est ainsi que dans Philoctète deJean-Pierre Siméon ou dans celui de Sophocle, c’est l’intervention de Héraclès, alors mort, qui va remettre Néoptolème et Philoctète sur le chemin de la guerre de Troie et permettre ainsi la victoire des Grecs, ce qui est à l‘origine de l‘intrigue. De la même façon, dans Iphigénie à Aulis de Euripide, après qu’Agamemnon se soit résigné à sacrifier sa fille pour le bien des Grecs, la déesse Artémisintervient afin d’éviter à Iphigénie d’être tuée. On observe ainsi à travers l’intervention d’un « Deus ex machina » un retour à la logique initiale de l’intrigue ainsi qu’une issue lors d’une situation désespérée.

Aussi, dans le cadre de certaines réécritures, en modifiant le dénouement de l’œuvre, on en modifie le sens. C’est le cas de Philoctète de André Gide et de Heiner Müller. Dans ces...
tracking img