Faut il craindre l'autre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (671 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les âmes fortes, Jean Giono

Autrui est-il à craindre ?
Introduction
Les âmes fortes, œuvre écrite en 1949 s’inspire d’un aphorisme de Vauvenargues qui définit l’âme forte comme « dominée parquelque passion altière et courageuse à laquelle toutes les autres, quoique vives, sont subordonnées. » Autrui est-il à craindre ? Cette question suggère qu’il est possible d’envisager par la penséeque quelqu’un peut être nuisible et qu’il faut donc se méfier de l’autre. Dans cette œuvre, les personnages jouent les hypocrites pour éviter de susciter la crainte chez l’autre, mais leur vraicaractère finit par ressortir au bout d’un certain temps et fait donc monter la peur. On peut donc se demander comment les personnages arrivent à cacher leur jeu et à quels moments se dévoilent-ils ? Nousverrons donc dans un premier temps le fait que certains personnages jouent un rôle et dans un second temps leur vrai nature qui fait d’eux des bêtes à craindre.
I° L’hypocrisie de chacun
a)Firmin
Firmin a l’esprit pratique ; il se montre débrouillard pour trouver des solutions aux difficultés inopinées, il est secret, ne dévoile que ce qui est nécessaire, n’associe nullement Thérèse à sesentreprises, la met devant le fait accompli. En tout cas, très vite, il pousse la jeune femme à se méfier. Ce qui anime Firmin, c’est l’avidité et la peur du « trimard », c’est-à-dire l’errance desmisérables. Le moteur de Firmin est de parvenir à l’aisance pour obtenir une reconnaissance sociale. Il aime à paraître ridicule pour mieux endormir ses adversaires. Il sait amener immanquablement lesgens là où il veut. Il choisit soigneusement ses victimes qu’il suce comme une « tique ». (p. 135), donc Firmin laisse paraitre une nature inoffensive pour les autres. Si Firmin a une intelligencepratique développée, il ne se montre pas fin psychologue. Il se révèle incapable de comprendre Thérèse, qu’il croit « bête » (p. 198). Il ment, dissimule, s’attribue des faits d’armes imaginaires....
tracking img