Faut il desirer limpossible

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2094 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
EPREUVE D’ANALYSE SYNTHESE

Les sites communautaires : espaces de création ou eldorado du marketing ?

Texte 1 (….) « Un an près avoir ouvert son site en français, le réseau communautaire américain MySpace s’est imposé au cœur de la scène musicale indépendante, à Paris et en province. Fin 2007, près de 2,2 millions de Français-dont 85% de moins de 35 ans-ont créé leur page personnelle,gratuitement, sans aucune formalité, sous le pseudo de leur choix. Ils créent d’abord une petite communauté avec leurs amis, puis lancent des messages tous azimuts dans l’espoir de faire de nouvelles rencontres, amicales ou sentimentales. Pour se mettre en valeur, chacun aménage son espace avec des illustrations, des vidéos, et bien sûr de la musique trouvée sur la page d’un chanteur célèbre ou d’unami anonyme... Cette pratique a engendré un immense réseau musical, dense et enchevêtré où le pire et le meilleur se côtoient. En France 240000 musiciens, professionnels, semi-pros, amateurs et débutants, ont choisi de s’installer dans la section MySpace Music. Chaque groupe peut diffuser quatre morceaux à la fois, et les renouveler à sa guise.(…) Ce nouveau réseau multimédia a été créé en 2003 parune bande de jeunes informaticiens californiens, dans une vieille maison à côté de la plage de Santa Monica. Dès 2005, il est racheté par News-corp, le grand groupe dirigé par le patron de presse américain d’origine australienne Rupert Murdoch, propriétaire des studios Fox à Hollywood et de dizaines de médias en Amérique, en Europe et en Asie- dont le Times de Londres, le New York Post, le WallStreet journal et la chaîne de télévision d’information Fox News, connue pour son orientation très conservatrice.(….) Fin 2007, MySpace compte près de 215 millions d’utilisateurs, dont 26 millions en Europe. MySPace TV reçoit en moyenne 75000 nouvelles vidéo amateurs par jour, qui sont scannées pour traquer les images érotiques : en matière de sexe, MySpace impose au monde les normes américaines. Lasociété est déjà bénéficiaire, avec un chiffre d’affaires de 800 millions de dollars.500 millions proviennent des recettes publicitaires : sur MySpace, des publicités de marques s’affichent systématiquement sur toutes les pages. Grâce aux données personnelles fournies par les utilisateurs, un système de ciblage très efficace a été mis en place. MySpace touche aussi 300 millions de dollars par ande Google, qui gère son système de recherche interne et affiche ses propres publicités ciblées. Par ailleurs, MySpace accueille librement tous les programmeurs de logiciels, ce qui génère un flux constant de nouvelles applications, ludiques ou utilitaires, mises gratuitement à la disposition des utilisateurs. MySpace passe aussi des accords de promotion croisée avec les majors du cinéma ou de latélévision, qui viennent distribuer des bandes-annonces, des clips promotionnels, et même des séries de fiction complètes en avant-première. Dans certains cas, les producteurs exigent un pourcentage des revenus publicitaires. La grande innovation de MySpace est d’avoir su mélanger intimement les produits amateurs et professionnels, créant un lieu inédit, à l’intersection des médias classiques et desnouveaux médias participatifs. » Odile DE PLAS et Yves EUDES Le Monde. Vendredi 14 décembre 2007

Texte 2 « iTunes, Myspace,Napster, Lastfm…les « grands noms » de la musique en ligne ne sont pas des labels, pas même les fameuses majors, mais des médiateurs qui mettent en relation les goûts et les attentes du public, avec les artistes. Cette évolution est-elle favorable à la création, auxcréateurs et à la diversité culturelle ? Et plus largement, que nous apprend-elle sur « l’économie de l’attention » qui semble se mettre en place sous nos yeux ? Des exemples positifs Toute personne ayant un peu suivi les aventures de la musique sur l’internet connaît (sans nécessairement les avoir écoutés) le nom de groupes tels qu’Artic Monkey, ou Clap Your Hand Say Yeah, surgis de nulle part,...
tracking img