Faut-il limiter la croissance ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1696 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Faut-il limiter la croissance ?
La préservation de la planète est devenue une préoccupation mondiale tant certaines ressources risquent de manquer ( eau, pétrole … ). L’humanité consomme aujourd’hui 1.2 fois la capacité biologique de la planète : depuis le milieu des années 80, la consommation de ressources naturelles excède la capacité de la planète à les renouveler .
En raison de cetépuisement de la planète, ne faut-t-il pas limiter la croissance économique ( augmentation soutenue pendant une ou plusieurs périodes données d’un indicateur de production économique mesuré par le PIB ou le PNB ) ?
Si la croissance économique n’est pas toujours créatrice de bien être et peut-être même destructrice de ressources vitales ( I ), il semble difficile d’améliorer les conditions et la qualitéde vie des populations sans hausse du PIB ( II ).

L’effet de la croissance sur la pauvreté dépend du partage de l’augmentation de la valeur ajoutée. Si le surplus de biens et services produits est accaparé par une minorité de la population ayant les plus hauts revenus, la croissance économique se traduit par un mal développement et non une amélioration du bien être de chacun. Certainesfractions de la population sont exclues du processus de croissance économique, y compris dans les pays riches. C’est ce que révèle l’indicateur de pauvreté humaine calculé pour les pays ayant un IDH (indicateur de développement humain) supérieur à 0.9, soit un niveau de développement humain très élevé : 10% de la population de certains pays comme la France ou les Etats-Unis sont considérés comme pauvreshumainement : dénuement économique mais aussi faible participation à la vie sociale (chômage de longue durée) et accès difficile au savoir et aux services de santé.
Les ressources planétaires ne sont pas réparties équitablement : 20% de l’humanité consomment 80% des ressources. Tandis que les excédents s’accumulent dans les pays développés, au point que l’obésité devient un problème majeur desanté publique tandis que la malnutrition sévit dans les pays du Sud.
Le PIB compte positivement des activités qui ne font que réparer des dégâts de productions agricoles, industrielles : activités de dé-pollution par exemple. Pire, le PIB intègre des valeurs ajoutées : cas des dépenses d’antivol, d’alarmes à feu … répondant à un sentiment d’insécurité. Un accident de moto est aussi à l’origine decréations de richesses : le dépannage, la réparation, le remplacement éventuel de certaines pièces de sa moto sont autant de services et de biens produits à l’occasion de l’accident. Or qui dit augmentation de la production et des richesses produites, dit accroissement du PIB ( et donc croissance ). La relation marchande est déterminante pour que les activités soient prises en compte dans le PIB: ainsi toute la production domestique en est exclue même si elle est source de bien-être. Et le PIB n’intègre pas non plus, les effets de la pollution, le bénévolat, l’économie illicite, l’économie souterraine ….
Nos modes de vie et nos systèmes productifs génèrent des déchets croissants ; des déchets spéciaux, dangereux et toxiques (dioxine..) peuvent, s’ils sont accumulés sans précautionsextrêmes, contaminer les eaux et les sols ; les déchets nucléaires soulèvent des difficultés exceptionnelles de stockage…
Les pollutions, externalités négatives de nos modes de production et de vie, mettent en danger la planète. Ce sont les pays riches qui émettent le plus de CO2 rejeté dans l’atmosphère, principal responsable du réchauffement climatique.http://fr.canoe.ca/artdevivre/cuisine/article1/2011/02/21/17353956-relaxnews.html
Les modes de productions agricole et industriel conduisent à une utilisation croissante d’énergie d’où un épuisement de certaines ressources telles que le pétrole. Les destructions environnementales pénalisent le développement futur, par exemple la disparition de certaines espèces alors qu’elles pourront satisfaire un besoin dans l’avenir : utilisation de...
tracking img