Faut-il penser à la mort ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2922 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Faut-il penser à la mort ?

La mort, déprime, fais peur et sa pensée nous paralyse d'angoisse car elle apparaît comme inexplicable, inévitable. Être insouciant, c'est se libérer de la pensée de la mort, ne pas se projeter dans un après, qui pourra autant être demain que dans cinquante ans, afin de profiter du moment présent. Dans ce cas, l'homme ne s'attache qu'à des plaisirs éphémèreset momentanés. Il vit de divertissements, comme Jacques le fatalistes de Diderot: « Boire de bons vins, se gorger de mets délicats, se rouler sur des jolies femmes, tout le reste n'est que vanité ». Pourtant, l'homme de par sa raison, est conscient de sa propre finitude, c'est d'ailleurs ce qui le sépare de l'animal. Ne doit-il pas alors en tirer profit et chercher à réaliser des plans durables ?Si l'homme sait qu'il n'a sur terre qu'un temps limité, il sait aussi la durée moyenne de ce temps, et se doit de chercher à organiser sa vie pour profiter au maximum de ce savoir. Il est donc nécessaire qu'il pense à la mort pour se pencher sur l'avenir et dépasser l'instant présent. Cependant, par son caractère inexplicable, la mort peut arriver n'importe quand et on peut se demander l'intérêtd'une telle réflexion sur le futur puisque celui ci peut pour nous se finir demain. Penser à la mort, c'est-à-dire ne pas oublier que l'on n'est que mortel, est-ce donc finalement utile à l'homme pour donner un sens à sa vie? Faut-il se libérer de cette pensée qui dérange et fait peur ou l'accepter et même méditer sur ces conséquences par rapport à notre vie ? Faut il enfin vivre en sachant qu'on vamourir ? Une chose n'existe que parce qu'on peut admettre son contraire; la vie n'a de sens et surtout de prix, que parce qu'elle a une fin: elle mène à la mort, son opposé. Mais d'un autre côté, la mort ne représente que la néant et penser au néant est absurde. Enfin, de toute façon, penser à la mort ne peut être qu'objectif et chaque pensée sur cet état est hypocrite puisque dirigée parl'angoisse. Et s'il était finalement impossible de penser à la mort ? Toutefois, attention, pensée et réflexion ne sont pas synonymes puisque penser signifie ne pas oublier, se le rappeler alors que réfléchir sur la mort sous entend un raisonnement plus approfondi.

On passe tous par la mort mais certains se disent près à l'affronter tandis que d'autre préfèrent ne pas y penser en affirmant que detoute façon, cela ne changera rien au moment venu. La mort est inéluctable, c'est vrai et qu'on s'y soit préparé ou pas, la fin est la même. Cependant penser à la mort demande une sorte de courage qui ne peut être que récompensé. Platon dit que nos âmes seront jugées après notre mort, et que pour cette raison, nous avons intérêt à y penser et à agir en connaissance de cause. Ce mythe transmet lafonction symbolique de la mort; elle est notre juge et donne un prix a toute nos actions. Elle nous donne un appui pour juger ce qui est important ou pas. On a un temps limité sur terre, il faut donc l'employer pour réaliser nos envies. Celui qui ne vivrait que pour les plaisirs, sans songer à la mort ne pourrait rien fonder de durable tel une famille par exemple ou encore monter sa propreaffaire... et il le regretterait surement après.
L'idée de la mort nous fait prendre conscience de beaucoup de choses comme de l'importance de nos choix mais y penser peut aussi nous aider dans d'autres situations.

Chaque individu est confronté à la mort au cours de sa vie, et plus particulièrement à la mort de ses proches car, dans la « logique » un enfant va enterrer ses parents. Or, celuiqui n'aura jamais accepté la mort, qui n'y aura jamais pensé afin de se préserver des questionnements sans réponses qu'elle entraîne, aura beaucoup de mal à surmonter la première perte d'un être aimé. Penser à la mort, c'est se préparer psychologiquement à la subir, dans sa vie. Car finalement, la mort n'est véritablement conceptualisée que lorsqu'il s'agit de la mort d'autrui. C'est celle-là...