Faut-il perdre ses illusions ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1246 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Faut-il perdre ses illusions ?

La recherche de synonymes au mot illusion nous amène à une somme de termes péjoratifs : chimère, aveuglement, fausseté, ... Ces termes nous montrent l'aspect préjudiciable à l'individu de l'illusion, et par là, la nécessité d'une désillusion. Cependant, d'autres termes autrement plus gratifiant, nous viennent à l'esprit : l'illusion n'est-elle pas, en quelquesorte la traduction du rêve, de l'espoir ? Cela nous mène à constater l'aspect indispensable de l'illusion comme motivation, dont le bonheur ne peut se passer. Ne dit-on pas par ailleurs, « l'Espoir fait vivre » ? Dès lors, une contradiction apparaît, qui légitime la question suivante : faut-il perdre ses illusions ?

*****

Ainsi pouvons nous noter, dans un premier temps, les effets néfastes del'illusion, dont l'essence même se situe dans l'affectivité, les désirs de celui qui la conçoit. L'illusion constitue alors un prisme déformant, source d'aveuglement et d'impuissance face à la réalité. En effet, comment espérer changer une situation, une réalité trop dure que l'on refuse de voir, si l'on préfère le confort d'une situation imaginaire, donc illusoire ? Par ce comportementdévastateur, l'individu se ment, devient esclave de ses désirs, selon l'expression consacrée « prendre ses désirs pour des réalités ». La politique semble confirmer cette thèse sous bien des aspects, en s'appliquant toutefois au collectif et non plus à l'individu : l'illusion idéologique ou l'utopie par exemple. Ainsi, si l'utopie ou l'idéologie remet en cause la réalité, la corrigeant pour arriver à unidéal de perfection, de bonheur du plus grand nombre, ses effets n'en sont pas moins souvent dévastateurs. Ne parle-t-on pas souvent en politique, d'une réforme ou d'une gestion idéologique du pays, pour désigner un fonctionnement technocrate, qui ne prend pas en compte la réalité de la situation économique ? Si cette expression est couramment utilisée dans notre système démocratique actuel,l'idéologie fut autrement plus dévastatrice dans d'autres circonstances : l'exemple le plus criant, marquant demeurant sans celui de l'idéologie nazie, à l'origine de la Seconde Guerre Mondiale, ou encore l'idéologie communiste, à l'origine du « Grand Bond en avant » maoïste et des goulags staliniens.

De là, nous pouvons affirmer sans difficulté la nécessité d'une désillusion. Le terme est au premierabord péjoratif : ne dit-on pas que « l'illusion réconforte et la vérité dérange » ? L'exemple de Socrate nous paraît approprié : en effet, un des motifs de sa condamnation à mort était d' « introduire de nouvelles divinités », et par là de menacer l'ordre de la cité : comme Socrate le définissait lui-même, il agissait comme un « taon », dont la douloureuse piqûre avait pour but de sortir les hommesde la torpeur de leurs certitudes et de leurs préjugés. De même, la remise en cause par Copernic et Galilée du géocentrisme, donc de la place de l'homme au centre de l'univers, fut tout d'abord refusée, et a provoqué d'immenses bouleversements dans les savoirs de l'époque, tout comme la remise en cause par Lavoisier de la théorie des quatre éléments d'Aristote en chimie. Désillusion suggère doncdouleur, mal-être, pourtant provisoires et nécessaires sur le chemin de la vérité. Nous apparaît alors la vertu libératrice de la lucidité, du savoir, libérateurs du joug de l'ignorance, source de multiples servitudes. Ainsi, considère-t-on aujourd'hui que la philosophie est née dans la Grèce Antique de la volonté de se libérer d'une vision mythique du monde qui asphyxiant la conscience del'homme. Cette volonté est toujours valable plus récemment notamment par les écrits de Marx sur la religion, « l'opium du peuple », qui l'empêche de prendre conscience de l'aliénation de son travail, donc de sa vie, par le capital. Enfin, la science a permis de différencier l'homme de l'animal en cela que par le savoir qu'elle apporte, l'homme s'est libéré de la nécessité de passer sa vie à...
tracking img