Faut-il respecter toutes les cultures ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1923 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Epreuve d’ordre général Copie (septembre 1991)

note : 16/20

Faut-il respecter toutes les cultures ?

Dans Tristes tropiques, avant de conclure, Lévi-Strauss se demande avec amertume si un jour « l’arc-en-ciel des cultures humaines aura fini de s’abîmer dans le vide de notre fureur », en montrant bien les méfaits de l’ethnocentrisme et du non-respect des autres cultures, des autres réseauxde règles et de valeurs avec lesquelles l’individu s’identifie. Pour éviter la destruction de cet arc-en-ciel des cultures, l’homme doit-il s’ouvrir, d’une manière abstraite et idéale ou concrète et donc conflictuelle, à toutes les cultures, quelles qu’elles soient, ou ne doit-il pas plutôt faire montre de jugement , de prudence, cette qualité chère à Aristote, et de sens critique, en essayantautant que possible de comprendre les autres cultures, de les respecter voire de s’enrichir à leur contact, mais en sachant aussi les juger et parfois les condamner ? Une certaine éthique semble en premier lieu nous porter au respect des autres cultures : alors que pour Kant, autrui, de culture différente, apparaît comme une promotion pour la liberté devenue autonomie, le christianisme prône luiaussi le respect des autres cultures et de la différence. Mais ce type d’ouverture n’est-il pas trop abstrait, trop idéal à l’homme, plutôt que de simplement respecter les autres cultures, ne doit-il pas plutôt être confronté à la réalité même des cultures diverses, pour s’enrichir de ce conflit, comme l’ont montré Hegel dans De la dialectique du maître et de l’esclave, ou même Nietzsche et Sartre ?Enfin, l’homme d’aujourd’hui, témoin désillusionné d’un siècle ponctué de crises et de retours à la barbarie, ne doit-il pas relever le défi de la complexité et savoir choisir entre le respect d’une culture et sa condamnation, en développant ces qualités, essentielles pour l’homme d’aujourd’hui, que sont le jugement et le sens critique. A la question du respect de toutes les cultures, la premièreréponse semble être apportée par certains principes moraux louables qui portent à accepter la différence et à respecter toutes les cultures; la pensée kantienne et sa conception de la liberté éthique incitent elles aussi au respect des autres cultures. En effet, selon Kant, toute action doit être universalisable et en conséquence applicable à autrui, de culture différente. Toute action doit doncêtre conforme à la loi morale et si cette action ne peut être appliquée à autrui, alors elle ne peut être considérée comme « libre ». Dès lors, alors même que la liberté était assimilée à l’autosuffisance pour les Grecs ou au libre-arbitre pour Descartes, c’est seulement avec Kant que la liberté est définie par référence à autrui. En fait, la liberté se mue en l’autonomie et autrui apparaît commeune promotion pour la liberté humaine. Ainsi les autres cultures, les autres valeurs semblent bien devoir être respectées puisque que c’est la condition de la liberté. Plus encore, il s’agit bien ici du respect de toutes les cultures puisque Kant se réfère au principe d’universalité. D’autre part, le christianisme invite lui aussi au respect de toutes les cultures puisque tous les hommes, quels quesoient leur culture sont considérés comme des créatures de Dieu et

comme des frères. L’injonction « Aime ton prochain comme toi-même » témoigne bien de ce fait : le Christianisme prône une ouverture consciente, dynamique et systématique sure les autres cultures, sur toutes les cultures. Mais faut-il réellement aimer son prochain comme soi-même ? Ne faut-il pas plutôt aimer son prochain commel’autre, en étant réellement confronté à la différence ? De même, la notion de « frère » chère au Christianisme est assez ambiguë puisque finalement, un frère, ce n’est pas vraiment autrui. Il semble donc que le respect de toutes les cultures, tel qu’il est prôné par Kant ou par les apôtres, soit trop idéal et trop abstrait. En fait, dans ces deux cas mais surtout pour Kant lorsqu’il se réfère à...
tracking img