Faut-il se contenter du monde tel qu'il est ou rêver d'un monde meilleur ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1164 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation de philosophie


Sujet : Faut-il se contenter du monde tel qu'il est ou rêver d'un monde meilleur ?

Nous savons que notre monde est imparfait, en effet, le milieu où nous vivons ne nous satisfait pas totalement car il ne répond pas à tous nos critères de qualité de vie. Certains se résignent à accepter ce fait mais d'autres espèrent l'avènement d'un milieu plus satisfaisantpour les êtres vivants qui le peuplent.
Comment expliquer qu'espérer un monde plus satisfaisant apparaisse comme utopique ? Pour répondre à cette question, dans un premier temps nous développerons l'idée que nous avons pour obligation d'accepter les défauts du monde qui nous entoure, dans un second temps nous verrons en quoi il est essentiel d'espérer plus. Enfin nous conclurons sur la nécessitéde relativiser le monde tel qu'il est tout en y trouvant sa place.

Tout d'abord, l'Homme doit être capable d'accepter les défauts du monde qui nous entoure. Le fait de rêver d'un monde meilleur c'est un peu comme espérer que notre vie sera plus satisfaisante.
En effet, notre monde est peuplée d'évènements dramatiques comme par exemple les catastrophes naturelles : l'ouragan Katrina ou letsunami à Haïti. ces faits ont un gros impact sur notre milieu mais l'Homme n'a aucun contrôle dessus car il ne peut dompter les forces de la nature. De plus, les conflits entre pays peuvent prendre des proportions terribles, en effet un exemple est : l' attentat du 11 septembre 2001 à New-York qui a fait des centaines de morts et a provoqué une peur dans les esprits de la population. Un dernierexemple d'évènements provoqués par les conflits entre pays est lors de la Seconde Guerre Mondiale qui a connu un bilan humain désastreux avec plusieurs millions de morts. Mais surtout c'est à cette période que les limites de l'horreur ont été dépassées dans les camps de concentration et plus précisément les camps d'extermination des juifs et des tziganes.
Tous ces événements remettent en cause laperfection de notre monde tel qu'il est. Cela peut pousser à imaginer un monde sans famine, sans conflits, libre, ce qu'on pourrait appeler un monde utopique. Seulement on ne peut parvenir à ce monde rien qu'en rêvant.
Ensuite, dans notre société actuelle, l'Homme veut toujours plus, il est en état d'insatisfaction permanente. Elle peut être provoquée par les besoins de l'Homme qui évoluentavec les progrès techniques et technologiques ainsi qu'en fonction du marché. On peut comparer cette insatisfaction du monde à des actes de la vie quotidienne comme par exemple l'achat d'un ordinateur. En effet, régulièrement des ordinateurs sont mis sur le marché et sont de plus en plus sophistiqués, et l'Homme voudra toujours le meilleur ordinateur, et pour certains, quel qu'en soit le prix. Lapoursuite de l'idéal du toujours mieux empêche l'Homme d'apprécier ce qu'il a déjà et provoque une insatisfaction inutile car impossible à réaliser. C'est une des raisons qui poussent l'Homme à rêver d'un monde meilleur.

Deuxièmement, même si l'Homme accepte les défauts du monde qui nous entoure il est nécessaire à sa survie d'espérer un monde plus satisfaisant.Nous ne pouvons pas changer le passé mais nous pouvons créer une cohésion totale entre tous les Hommes et ainsi permettre aux générations futures de vivre dans un monde qui satisfait plus nos besoins. En effet si on espère, c'est peut-être parce que les parents rêvent d'une vie meilleure pour leurs enfants. La différence de niveau de vie entre les générations desannées avant la guerre et les générations d'aujourd'hui montre que cela peut fonctionner. En effet, à cette période, l'espoir d'un monde meilleur était peut-être différent à celui qui nous anime actuellement, bien qu'il devait y avoir des similitudes : volonté d'un monde où la haine, la violence, les crimes, la pauvreté, les malheurs n'existeraient plus.
De plus, d'après Pascal, le malheur...
tracking img