Faut il vivre avec son temps ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1754 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Faut-il vivre avec son temps ?

L’expression « il faut vivre avec son temps » semble exprimer une sorte de sagesse populaire. Souvent affirmée comme un rappel à l’ordre, elle vise à ramener les récalcitrants dans le droit chemin de leur époque. En tant que fils et filles de notre temps, nous nous devons, en quelque sorte, de l’assumer. Avons-nous seulement le choix ? Mais si l’obligation d’êtrede son temps est affirmée, c’est bien qu’elle ne s’impose pas immédiatement. Nous pourrions donc faire autrement. L’injonction morale sous-jacente condamne l’infidélité temporelle. Bon gré, mal gré, nous devons vivre avec notre temps, faire corps avec lui.
Refuser le présent jugé insatisfaisant pour trouver refuge dans le passé ou se projeter dans les rêves d’un avenir meilleur, est une manièrede s’absenter du monde. Dans tous les cas, l’éloignement du présent isole. Ces escapades sont tolérées tant qu’elles restent marginales, mais prises en mauvaise part dès qu’elles commencent à devenir systématiques. La fuite hors du présent est renoncement à la temporalité commune, et d’une certaine manière, à la collectivité. Nous comprenons pourquoi un tel comportement est si souvent stigmatisé.La communauté peut, à tort ou à raison, le comprendre comme la manifestation d’une volonté d’opposition poursuivant des objectifs uniquement individuels. Autrement dit, cette attitude peut paraître « antisociale ». Retranchés volontaires du monde, nous devons pourtant y revenir car il se rappelle à nous.
Le temps commun et la sagesse politique
La politique semble adopter pour maxime l’obligationde vivre avec son temps. Son rôle principal est de fonder la décision. Il s’agit de montrer à quel point tel projet, telle réforme répond à une impérieuse nécessité ressortissant d’une inévitable adhésion au temps présent. L’époque exige. Cette idée se trouve sans cesse mise en avant dans les discours politiques. Elle aboutit à un relatif dédouanement des individus. Si la décision est dictée parles circonstances, si aucun autre choix « raisonnable » n’est possible, le politique sert plus qu’il ne commande. Il se soumet au cours des choses en les accompagnant de son mieux. Il y a là une forme de résignation qui peut choquer en regard des espérances placées dans le politique. L’époque est-elle la forme moderne du destin ?
La décision s’inscrit nécessairement dans un contexte mais ellepeut prendre le contre-pied des tendances dominantes du moment. Parfois, cela relève même du devoir. Les défaites annoncées ne sont pas toujours inévitables et certains combats méritent d’être menés malgré un pronostic très défavorable. Si la situation commandait tout de manière impérieuse, y aurait-il eu des hommes et des femmes pour résister aux premières heures de la seconde guerre mondiale ?Vivre avec son temps, c’est parfois aller contre lui. Que le politique ait à composer avec la configuration propre à son époque, personne ne songe à le contester. Mais ôter à la décision politique sa force de résistance intrigue et pose question. N’est-ce pas décourager par avance toute forme de lutte, la stigmatiser comme étant, par essence, « réactionnaire » ou vaine ? Il est bien difficile de sesatisfaire d’une telle abdication, loin, a priori, des objectifs mêmes de l’action politique. Faire de la politique, c’est aussi vouloir déterminer l’avenir. La notion de moment opportun mise au jour par Platon mérite ici d’être rappelée. Le kairos 1 est l’instant qu’il faut saisir afin que l’action soit réussie. Le savoir propre au bon politique est celui d’une adaptation à la singularité des caset des moments historiques 2 mais n’implique nullement la résignation. L’art de gouverner exige une attention au présent, une capacité à le prendre en compte dans les décisions. Le kairos affirme la puissance créatrice de la politique et sa capacité d’anticipation. Il témoigne du fait que rien n’est joué d’avance.
Prendre en compte le moment présent ne signifie pas s’enfermer en lui. Le...
tracking img