Faut-t-il respecter toutes les opinions ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3992 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
>

1) L'opinion est généralement plébiscitée.

Qui ne tient à ses opinions ? Chacun dans l'existence a un avis, veut le faire partager et
généralement défend avec conviction ce qu'il considère comme un avis autorisé, sans pour autant
reconnaître que la détermination à défendre son avis est plus une tentative de persuader
l'interlocuteur, parfois en jouant sur ses craintes ou ses désirs,qu’un effort pour trouver des
arguments rationnels. Les opinions semblent émaner de notre personne, être attachées à elle, comme
si elle était notre bien propre. Nous n’avons pas d'opinion sur tout, mais sur presque tout. C'est la
raison pour laquelle nous discutons aussi bien des choses qui nous plaisent (les partisans de la
cuisine légère s’opposent aux amateurs de tête de veau), que decelles qui sont belles : l’opinion est
versatile mais grossière, sinon ambitieuse dans ses intentions. L’indignation par exemple, est le
passage obligé de toute exhortation morale par laquelle se déploie la liste de ce qu'il convient de
faire. Par l'opinion, nous ouvrons une fenêtre non seulement sur le régime de vie d'une population, à
un moment donné de son histoire, mais nous pouvons aussiavoir accès au tempérament de
l’individu, à son mode d'être, et à la qualité de son âme. Les opinions nous renvoient ainsi à un
modèle de la vie politique qui nous rappelle la formule de Platon au début de la République,
lorsqu'il indique à ses interlocuteurs, que pour voir l'âme humaine « en gros caractères », il fallait
pouvoir opérer cette lecture en regardant les institutions politiques : cequ'est un individu, il le doit à
la manière dont il a été éduqué. Et l'éducation dépend elle aussi des institutions régies par la loi, qu'il
s'agisse de la famille ou de l'école.
Aussi est-ce à bon droit que nous pouvons considérer les opinions comme le reflet plus ou
moins déformé qui prend sa source dans la polis. La société elle-même n'étant pas homogène, il est
naturel de voir unecertaine hétérogénéité dans les opinions. C'est ce qui d'ailleurs occasionne les
tensions entre des intérêts souvent contradictoires, puisque la querelle sur « la vie bonne » est à
l'origine de la multiplication des opinions religieuses, économiques et ainsi de suite. Pour autant, les
opinions se veulent être un terreau légitime sur lequel doit croître l'arbre de la Callipolis (la belle
Cité) :chacun croit être pourvu d'un si bon sens que personne, comme le soulignera Descartes à la
première page du Discours de la Méthode, n'en désire davantage. C'est la raison pour laquelle
chacun se croit légitimé et conforté dans ses opinions, non pas seulement parce que c'est là son droit,
mais surtout parce que l'opinion se veut être la source de toute vérité sur la Cité. Or, il semble bien
que sil'opinion cherche par le droit à se faire respecter, il faudrait avant toute chose qu'elle fonde
cette prétention sur une légitimité ; en effet, nous ne saurions respecter rien qui n'oblige d'abord
notre esprit à se présenter chapeau bas. Et quelle est la puissance qui peut exercer une telle autorité ?
Celle qui est à même de nous convaincre et qui par l'exercice de la réflexion se présentecomme une
puissance rationnelle : seul le Logos dispose de cette autorité naturelle sur nous, sauf justement
lorsque sa source, comme nous allons le voir, est obscurcie.

2) Illégitimité de l'opinion

L'opinion agit sur l'âme, cela n'est guère nouveau : il n'est qu'à se reporter aux rumeurs, aux
propos des arrière-cours qui tendent à discréditer autrui pour s'en convaincre, mais aussi auxactions
qui se développent, dès lors que nous pensons que notre bonheur, ou notre situation, est en passe de
changer sans bénéfice pour notre confort personnel. Il nous suffit aussi de méditer sur la colère, qui
peut avoir diverses origines, dont la plus remarquable n'est pas celle que nous nourrissons à l'égard
d'autrui, ni même celle qui relève de la simple indignation morale, dont nous...
tracking img