Fdsgsfdgs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 71 (17593 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LES POLITIQUES MONÉTAIRES DEPUIS 1945 ET LEURS FONDEMENTS THÉORIQUES
Philippe GUILLOT
IUFM de la Réunion
'histoire de l'économie jusque dans les années 1970 est marquée par un accroissement, irrégulier jusqu'à la deuxième guerre mondiale, régulier ensuite, de l'intervention économique et sociale de l'État partout dans le monde, et notamment dans les pays développés à économie de marché, àsavoir les pays membres de l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE)1. Cette intervention croissante s'est faite en grande partie sous la pression des organisations sociales, les gouvernants cherchant à obtenir, aux élections qu'imposait la démocratie, les voix de citoyens de moins en moins disposés à supporter les dysfonctionnements périodiques du capitalisme libéral,dont le plus grave, la « grande crise » des années 1930, a largement contribué à la naissance du deuxième conflit mondial. La régulation de l'activité économique par les pouvoirs publics prend la forme de politiques économiques, que l'on peut envisager à deux niveaux. À long terme, elles prennent la forme de politiques dites « structurelles » qui ont pour objectif de transformer en profondeurl'économie afin de prévenir les difficultés économiques éventuelles. Il s'agit, par exemple, de la planification, indicative, et parfois incitative, dans les pays développés à économie de marché, de l'aménagement du territoire, ou de l'ensemble des mesures qui peuvent concerner une activité économique particulière, et auquel on atttribue le qualificatif correspondant à la branche ou au secteur concerné: on parle, par exemple, de politique industrielle pour l'ensemble des mesures concernant l'industrie, ou encore de politique agricole ou de politique du logement. À court terme, la régulation de l'activité économique prend la forme de politiques conjoncturelles, plus curatives que préventives puisqu'elles doivent combattre des difficultés considérées comme temporaires et permettre d'obtenir desrésultats rapides. Celles-ci doivent compléter l'action, assez limitée, de ce qu'on appelle des stabilisateurs automatiques, mais qui, en fait, sont liés au fonctionnement de certaines institutions, comme, par exemple, la fiscalité ou
1.

L

Autrement dit, et pour simplifier : l'Amérique du Nord, l'Europe occidentale et le Japon.

2

Philippe Guillot

la protection sociale. On distinguegénéralement les politiques budgétaires qui, comme leur nom l'indique, privilégient l'action par les recettes et les dépenses de l'État, des politiques monétaires. Pendant ce que Jean Fourastié a appelé les « trente glorieuses », c'est-àdire, pour l'essentiel, les années 1950 et 1960, ce sont les politiques budgétaires, qui ont prévalu. Après avoir financé la reconstruction, il s'agissait, pourl'État, de soutenir la modernisation de l'appareil de production et d'assurer une croissance forte permettant au plus grand nombre d'atteindre un niveau de vie élevé. La crise qui éclate à la suite du premier choc pétrolier remet en cause le bien-fondé de ces politiques budgétaires, et marque le retour au premier plan des politiques monétaires qui, comme leur qualificatif l'indique, privilégient lesoutils liés à la monnaie et à la distribution du crédit. Ce retour est largement lié au retour en grâce des théories néo-libérales. Celles-ci, en effet, contestent l'efficacité des politiques induites par la théorie keynésienne auxquelles elles attribuent volontiers les difficultés rencontrées depuis le début des années 1970 par les grandes puissances industrielles. C'est, notamment, le cas ducourant monétariste organisé autour de "l'école de Chicago" et de son chef de file, Milton Friedman. Ajoutons que, dans l'ensemble des sociétés modernes, il y a un large accord pour refuser de soumettre la masse monétaire à des facteurs extérieurs comme, par exemple, la découverte de métaux précieux. Il y a d'autres raisons au regain d'intérêt pour la politique monétaire, et d'abord des raisons...
tracking img