Femmes savantes scene &

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1186 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
A N A LY S E DE L’ŒUVRE
E XAMEN
MÉTHODIQUE

ACTE I SCÈNE 1
se contente de répondre (« Oui, ma sœur »). De plus, Armande lui impose des modèles familiaux (« Vous avez notre mère en exemple à vos yeux […] Tâchez, ainsi que moi, de vous montrer sa fille »). Le champ lexical de la famille est riche : « sœur », « marier », « mariage », « mari », « enfants », « ménage », « époux », « mère », «fille », « famille ». • Les personnages féminins et masculins occupent une place à l’intérieur d’un groupe (familial, social) et ont une certaine fonction. Ils ne sont pas évoqués isolément mais sous la forme de catégorie générale (« le beau nom de fille est un titre », « un mari », « des enfants » ; Clitandre est « un amant dépité ») ou sont caractérisés par leur appartenance à « la famille » : « masœur », « notre mère », « sa fille ». • Le caractère d’Henriette est révélé par ses propos et ceux de sa sœur, mais rien n’est dit sur son physique. Henriette est attachée aux valeurs humaines et à une existence simple : son esprit est fait « pour aller terre à terre / Et dans les petits soins son faible se resserre ». Elle fait preuve de modestie et de bon sens et se range « du côté des sens etdes grossiers plaisirs », des productions « qui sont de la matière » ; mais elle sait se défendre avec finesse en utilisant les arguments d’Armande pour la confondre : « Votre esprit à l’hymen renonce pour toujours / Et la philosophie a toutes vos amours. » • Le caractère d’Armande : Armande est autoritaire et veut imposer ses idées à Henriette, comme le montrent les nombreux verbes à l’impératifprésent qui résonnent plus comme des ordres que comme des conseils : « Laissez », « Songez », « Tâchez », « Aspirez », « vous rendez », « Mariez-vous, ma sœur, à la philosophie ». Elle est dédaigneuse et parsème son discours didactique de termes péjoratifs et méprisants pour humilier Henriette : « vulgaire dessein », « dégoûtant », « sale vue », « étage bas », « bas amusements », « pauvretéshorribles ». De plus, Armande se montre jalouse, coquette et orgueilleuse quand elle

ACTE I SCÈNE 1
REPÈRES
• Fonction et nom de la première scène d’une pièce : il s’agit d’une scène d’exposition. • Identité des deux personnages : les propos des deux personnages révèlent leur caractère et surtout la nature de leurs liens. En effet, Armande appelle Henriette « ma sœur » (v. 1, 13, 44, 76, 114) et «le beau nom de fille » (v. 1) indique clairement qu’elle n’est pas encore mariée. Henriette l’appelle aussi « ma sœur » (v. 5, 8, 59, 72, 79, 113), mais peu à peu cette désignation (placée au début, au milieu ou à la fin du vers), censée être affectueuse à cause de l’adjectif possessif, devient presque hostile. De plus, la sœur aînée aime rappeler à sa cadette l’importance de l’autoritéfamiliale, en particulier maternelle.

OBSERVATION
• Début d’une conversation ? Visiblement, Armande réagit avec véhémence (« Quoi ! le beau nom de fille ») en apprenant la décision de sa sœur avec laquelle elle a déjà dû s’entretenir au sujet de son projet de mariage. Comme dans de nombreuses pièces (Andromaque par exemple), la première scène commence au milieu d’une conversation animée. • Champlexical de la famille : les liens familiaux créent de véritables rapports de force entre la sœur aînée et sa cadette. Au début, Armande mène le dialogue et Henriette

6

7

A N A LY S E

D E

L ’ Œ U V R E

ACTE I SCÈNE 1
ne s’ouvre la pièce. Dans cette scène d’exposition, Molière présente les personnages (leurs propos, leur ton révèlent leur caractère, leurs goûts et leurs aspirations) etla situation : Henriette veut épouser l’ancien soupirant de sa sœur aînée. • Rapports de force : la tension dans le dialogue apparaît dans l’alternance des répliques, surtout au début avec le morcellement de l’alexandrin (v. 8 : « Ma sœur… / Ah ! mon Dieu, fi ! / Comment ? / Ah ! fi ! vous dis-je »), puis avec les deux grandes tirades. Les rapports de force opposent Armande et Henriette d’une...
tracking img