Fenetres ouvertes explication de texte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1161 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture Analytique Fenêtres ouvertes
Victor Hugo

Victor Hugo est un écrivain protéiforme ( qui change sans cesse de technique ) romans, pièce de théâtre, poésies.
Il appartient au mouvement romantique ( c'est à dire qu'après la période des lumières et la catastrophe de la terreur qui suivit la révolution française, ces écrivains ne font plus confiance à la supériorité de la raison, mais enla nature, et en la sensibilité humaine, primauté accordée aux émotions, à la sensibilité)
Il tente d'inventer une écriture moderne, libérée des contraintes de l'époque classique (où tout ce qui se concevait devait s'exprimer clairement, simplement). Bref il bouscule les pratiques. Cela se ressent avant tout dans le rythme coupé de l'alexandrin ( trimètre 4/4/4 ou tétramètre 3/3/3/3)
Période del'exil à Guernesey, exil politique ( « et s'il n'en reste qu'un, je serai celui là ») en opposition à Napoléon III.
Le recueil l'art d'être grand-père mélange des poèmes intimes de la vie familiale et des poèmes politiques.
Fenêtres ouvertes est un poème en alexandrins réguliers ( ça veut dire que tout le poème est composé de vers de 12 syllabes) mais la façon dont la ponctuation coupe lesvers, ou au contraire les prolonge donne l'impression d'une irrégularité et surtout d'une écriture très libre...)

Les questions que pose ce poème
est-ce encore un poème ou un peu de la prose? Est-ce une description ou juste une liste d'annotations?
Mélange des voix : qui parle? qui entend?
Est-ce qu'on nous décrit l'extérieur ( le dehors?) ou l'intérieur ( une âme)

Problématique:
Rappel: Le lyrisme c'est normalement l'expression de l'âme du poète.
Comment Victor Hugo par le jeu d'une description auditive parvient à suspendre et à peindre un instant?
Mais aussi Comment une âme semble complètement nourrie de la vie qui l'environne?
C'est un peu le retournement du lyrisme car le lyrisme c'est le moi du poète qui déborde sur toutes choses, ici ce sont toutes les choses quisemblent emplir l'âme du poète.

I un locuteur incertain. Une voix parmi d'autres.
A Lyrisme : poésie du « moi »
La personne qui parle est probablement Victor Hugo: « je, ma, moi, mon »;
« jeanne et Georges », on sait que ce sont ses petits enfants, mais le lecteur lui peut-il le savoir? Donc Victor Hugo semble se parler à lui-même.
Donc on est dans une sorte de monologue intérieur.
Mêmeprocédé avec le quai ( VH sait de quel quai il parle)
mais on glisse du je vers le on de l'individuel à l'universel: on entend haleter un steamer
B Un poème sonore
champ lexical de la sonorité
on nous rapporte des bruits : «  j'entends des voix »3, « une cloche » 4, « cris de baigneurs »5, « gazouillent » 6, « l'appelle » « chant »7, « grincement » 9, « choc. Rumeur »10, « bruit du port »11,« sifflement » 12, « musique militaire »12 « brouhaha »13, « chanter le rouge gorge », « vacarme de marteau »; « l'eau clapote »; « haleter un steamer », « souffle immense de la mer »
bruits d'enfant/ bruits naturels ( oiseaux rouge-gorge, mer) / bruits des paroles humaines/ bruits du travail humain
des effets sonores
jeu poétique sur les sons :allitération en Z les oiseaux gazouillent: effetd'harmonie imitative.
Mais aussi bruit heurtant de tout les bruits humains ou animaux ( k), coq, choc, racle, grincement, coupe, couvreurs
Utilisation des mots qui évoquent dans leur construction même le bruit ( formation onomatopéique).
Sorte de gageure de retrouver l'origine du langage où les mots portaient leur sens dans leur son. Gazouillent ou brouhaha
C des voix anonymes
On nous rapportetoutes les voix entendues par la fenêtres ouvertes:
paroles rapportées discours direct mais pas rattachées à ceux qui les prononcent:
« cris de baigneurs » « plus près! Plus loin! Non, par ici! Non par là! »5,6 ; « voix françaises » «  merci. Bonjour adieu » 13,14. effet renforcé par le rythme de l'oralité ( cris de deux ou trois syllabes)
Mots brefs, saccadés, qui rythment le poème. Et...
tracking img