Fermeture raffinerie shell

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3605 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
FERMETURE DE LA RAFFINERIE SHELL DE MONTRÉAL-EST
LES ENJEUX

Au Canada, trois grandes compagnies pétrolières se partagent le marché du raffinage du pétrole, soit Ultramar, Suncor et Shell. Cette dernière s’est installée au Canada en 1911. En 2007, Royal Dutch Shell achète les actions de Shell Canada et devient l’unique actionnaire, laissant la compagnie avec le pouvoir absolu. 30% desressources mondiales de cet acheteur se trouvent au Canada, principalement, au Québec, en Ontario et en Alberta. Shell est une entreprise œuvrant dans le domaine privée, mais en plus, elle est internationale ce qui signifie que l’activité ne se limite pas aux raffineries québécoises.

Au début de l’année 2010, la raffinerie Shell de Montréal-Est a fermé ses portes causant la perte 400 emplois etmettant en doute la sécurité d’approvisionnement en produit pétrolier raffiné du Québec. En juin, l’entreprise avait reçu plusieurs premières offres d’achat, mais avait refusé de poursuivre les négociations et de trouver un acheteur. Le même mois, afin de démontrer sa solidarité envers les employés, la population québécoise s’est réunie pour un boycott de Shell. Au mois de juillet, la pétrolière Delek arecommencé les négociations pour l’achat de la raffinerie. Ce fût un échec et le syndicat accuse Shell d’avoir rendu invendable l’installation en n’entretenant pas ses équipements. De plus, au mois d’août, le gouvernement refuse la fermeture avant que Shell puisse montrer que l’approvisionnement en pétrole ne sera pas en danger. Il invoque la loi sur les produits pétroliers. Un mois plus tard, lacour suprême rejette la requête d’injonction permanente déposée par le syndicat afin d’empêcher Shell de procéder à la mise en rencart de la raffinerie. À la fin du mois d’octobre, tous les partis se sont présentés devant la commission parlementaire pour promouvoir leur point de vue respectif.

Au centre de cette problématique, il est possible de discerner quatre acteurs principaux, soit ladirection de Shell, le gouvernement, les consommateurs et le syndicat. Ce sont leurs objectifs et motifs qui s’affrontent dans les différents enjeux reliés à la fermeture de la raffinerie de Montréal-Est. Les enjeux, dont il est question, sont d’ordre économique, politique et symbolique. Par conséquent, l’analyse de ce travail portera sur la question suivante : Quels sont les enjeux de la fermeturede la raffinerie Shell de Montréal-Est, ainsi que et les motifs de chaque acteur qui découlent de cette décision?

Enjeux économiques :
À priori, on ne voit pas de lien entre la mondialisation et la fermeture de la raffinerie Shell. Pourtant, la mondialisation entraine entre autres la délocalisation des raffineries d’Amérique du Nord et d’Europe vers les marchés émergents, comme l’Asie et leMoyen-Orient. D’ailleurs, comme le soutient  porte-parole du groupe Shell, Rainer Winzenried, les principaux projets d'investissement se situent au Qatar et à Singapour. De plus, les nouveaux contrats signés sont avec la Chine. Les normes environnementales moins strictes à l’extérieur du Québec, motive la délocalisation des raffineries vers des régions où les contraintes sont moins fortes.
Onremarque qu’au cours des 18 derniers mois, il y a d’autres entreprises internationales, mise à part Shell, qui ont dut annoncer la fermeture de leur raffinerie pour les vendre ou les convertir. Comme le soutient Natalie Normandeau, la ministre des ressources naturelles, en commission parlementaire: « Au 19 juin 2009, il y a sept raffineries qui étaient à vendre en Europe par des grands groupes commeTotal, Petroplus, Shell. Et, de 2003 à 2009, Shell a mis neuf de ses raffineries à l'étude. Neuf de ses raffineries à l'étude, ça veut dire soit qu'elles sont en vente, ou on considérait sérieusement l'idée de s'en départir.» Cela reflète les perspectives mondiales de délocalisation qui consiste en la construction d’énormes installations près des centres de production au lieu de moderniser les...
tracking img