Feuerbach

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1503 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ludwig Feuerbach

[pic]

Biographie de Ludwig Feuerbach

Il naît le 28 juillet 1804 à Ladshuten en Bavière (Allemagne) d’un père étant un célèbre avocat.
Après ses années de secondaires, il étudie en 1823 la théologie. L'année suivante, « déjà déchiré entre la théologie et la philosophie », et contre l'avis de son père, il abandonne alors la théologie pour se consacrer définitivement à laphilosophie. Il critique dans ses livres les conceptions chrétiennes de l'âme ; reprenant avec talent les arguments des matérialistes, il refuse l'immortalité à la personne, ne l'accordant qu'à la Raison. Les réactions sont très vives Les gens sont effrayés par son athéisme. On peut citer son œuvre majeure l'Essence du christianisme en, où il dénonce l'illusion religieuse. Ce livre lui assure ungrand succès. Il se rapproche du socialisme, et s'engage en politique. Il se présente aux élections de l'Assemblée nationale de Francfort, mais sans succès.
Il finit sa vie isolé, n’ayant pas de métier à cause de son athéisme et il meurt le 13 septembre 1872.

La critique de la Religion selon Feuerbach

Au départ, Feuerbach suit des études religieuses mais son esprit critique se lassa vitede ce genre d'études et il se décida à abandonner la théologie pour se consacrer entièrement aux sciences exactes et à la philosophie. Il suit Hegel, un philosophe mais diverge d’avis à propos du Dieu. Selon Feuerbach, l’homme a conscience de faire parti d’une espèce. L’homme se définit par la raison, la volonté et l’amour. En effet la raison permet de penser, la volonté d’agir et l’amour est labase de toute vie en commun.
Mais l’homme comprend aussi qu'il est incapable de réaliser lui-même le vrai, le bien et l'amour. Il va alors projeter ces caractéristiques humaines en dehors de lui et les transférer à un être différent et supérieur qu'il va appeler Dieu. La religion permet donc à l’homme de se découvrir lui-même mais cela via un être hors de lui-même.
Au fond Dieu a été créé àl’image de l’homme, ou plutôt de son espèce, et par l’homme lui-même. C’est ce qu’on appelle un processus d’aliénation. Cela veut dire un processus de perte de soi dans un autre, l’autre, dans ce cas-ci, étant Dieu.
Pourquoi est-ce vraiment une perte de soi ? Parce que la raison de l’être humain diminue peu à peu au profit de l’illusion religieuse de Dieu. L’homme abandonne sa volonté entre les mainsde Dieu et met toutes ses forces au service de la foi. Le fait de se donner vraiment là dedans, cela crée une soumission. L’homme va d’abord se perdre en Dieu et de ce fait la religion bloque le progrès.
Mais la conscience humaine se réveille et l’homme cherche alors à récupérer ce qu’il a donné à Dieu et comprend donc que le rapport entre l'homme et Dieu n'est rien d'autre qu'une projection durapport qui existe entre lui et le reste de son espèce. Il comprend qu’il doit réaliser à son niveau, avec ses capacités, les buts communs de l’espèce.
On comprend donc que c’est l’espèce humaine toute entière qui est un Dieu pour l’homme.

Cependant, il n’est pas question pour Feuerbach de démolir les valeurs religieuses. L'athéisme conserve ces valeurs mais leur enlève tout aspect divin.Enlever Dieu n'est donc pas enlever les obligations à l’homme mais donner à l'homme la pleine responsabilité de son destin.
Les valeurs deviennent alors plus fortes parce qu’elles ne sont plus imposées de l'extérieur mais sont intérieures à l'homme.

Pour Feuerbach, la religion a une nécessité historique. Elle est la première étape nécessaire pour qu'ensuite l'homme prenne conscience de sonessence.

L'égoïsme est enfin la seule règle de la conduite humaine. Feuerbach exerça, dans les cinquante premières années de sa vie, une grande influence en Allemagne.

Il sera source d’inspiration pour des autres philosophes comme par exemple le célèbre Karl Marx.

Court texte expliquant sa pensée

Pour Feuerbach, comme pour Hegel, le Dieu du christianisme est le miroir de l’homme. Mais...
tracking img