Feydeau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (443 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
que de l’eau de Vichy !... et encore il l’allonge !... avec du lait !
Mongicourt, indiquant le pouf en blanc renversé par terre. - Ah ! là là ! Qu’est-ce
que c’est que ce pouf ! Pas élégant !Etienne, relevant le pouf et le couvrant du tapis de table qui gît près de là. - Oh !
c’est provisoire !Madame est en train de faire une tapisserie pour. Alors, en attendant,
on met ce tapis dessus.(D’un geste circulaire, indiquant tous les meubles en
désordre.) Non,mais, regardez-moi tout ça !
Mongicourt, retirant le restant de chapeau du pied de la chaise. - Ah !... et ça !
Etienne, prenant lechapeau des mains de Mongicourt. - Oh !... Un chapeau
neuf, monsieur !
Mongicourt. - On ne le dirait pas !
Etienne, remettant la chaise sur ses pieds. - Vraiment,moi qui ai la mise-bas de
monsieur! si c’est comme ça qu’il arrange mes futures affaires !...
Tout en parlant, il est allé déposer le chapeau sur la table-bureau.
Mongicourt. - C’est pas tout ça ! Je voudrais bien voir votre maître; il me semble
que ce ne serait pas du luxe de le réveiller à cette heure-ci.
Etienne, tout en refermant le parapluie qui est grand ouvert sur la table. -Dame,
si monsieur en prend laresponsabilité !
Mongicourt, il remonte dans la direction de la baie. - Je la prends.
Etienne, remontant rejoindreMongicourt à la baie. - Soit !...Mais alors, avec des
bruits normaux.
Mongicourt, blagueur. -Qu’est-ce que vous entendez par des bruits normaux ?
Etienne. - C’est monsieur qui les appelle comme ça. C’est, par exemple, de ne
pas aller lui tirer un coup de canon dans les oreilles.
4
Mongicourt,même jeu. - Je vous assure que je n’ai pas l’intention !...
Etienne. - Mais, au contraire, de le réveiller petit à petit ; par des bruits doux et
progressifs, en chantonnant, par exemple !... Nouspourrions chantonner, monsieur
?
Mongicourt, bon enfant. - Si vous voulez.
Etienne. - D’abord doucement ; et puis en augmentant.
Mongicourt, blagueur. - Il n’y a pas un air spécial ?...
tracking img