Fice de lecture, voyages de gulliver

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1038 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Guliver

Auteur : Jonathan Swift
Date de publication : 1726
Édition : Gallimar
Genre : Roman satirique (conte philosophique)
Pays d’origine : Londres

Résumé :
Premier voyage (Lilliput) :
Lemuel Gulliver, chirurgien de marine et aventurier, navigue vers Bristol. Cependant, après un naufrage, il se retrouve sur l’île de Lilliput. dont les habitants, les Lilliputiens, ne mesurentqu'environ six pouces de haut. Plusieurs aspects de la société lilliputienne semblent bien plus avancés que l'Angleterre de l'époque (même en étant des êtres en taille très inférieure à la leur), pourtant les peuples passent leur temps à faire la guerre. Après bien des aventures, Gulliver découvre l'origine de la guerre entre Lilliput et Blefuscu qui est l'île voisine. Un roi a voulu imposer le côté parlequel devaient être cassés les œufs à la coque.  Swift évoque l’inutilité et le ridicule des guerres. À la fin du récit, Gulliver décide de s'en aller, et retourner chez lui, l’Angleterre.
Deuxième voyage (Brobdingnag) :
Gulliver entreprend un deuxième voyage et se retrouve à Brobdingnag, pays peuplé de géants, soit l’opposé de Lilliput. Du fait de sa petitesse, le personnage éponyme devientun objet de curiosité et divertissement pour le roi, la reine et la cour. Il a de grandes discussions avec le roi sur le fonctionnement de son pays, ses coutumes, et son mode de vie, et luiexplique le système politique existant en Angleterre, dont le souverain critique vivement, et n’arrive pas à comprendre les institutions anglaises. Gulliver finit par sortir de Brobdingnag et revien enAngleterre.
Troisième voyage (Laputa, aux Balnibarbes, à Glubbdubdrib, à Luggnagg et au Japon):
Laputa jouxte, en miroir, l’ile volante de Lagado. C’est un pays futuristique, où les habitants avaient « tous la tête inclinée, soit à gauche, soit à droite, et un oeil tourné vers le dedans, tandit que l’autre se fixait sut le zénith [...] ». En abusant de la philosophie spéculative, les hommes y perdenttout sens commun. C’est une critique de la philosophie et de la spéculation. Le passage critique également les « brillants » scientifiques qui veulent faire « profiter » le peuple de leurs brillantes innovations, contre son gré s’il le faut, sans voir que, bien souvent, leurs inventions conduisent les peuples à la ruine. Les scientifiques finissent par perdre le bon sens. En effet, ils inventent,ou juste passent leur temps à faire des recherches folles, qui n’boutissent jamais à rien, tels que la recherche inlassable du moyen de reconvertir les excréments humains à leur état initial de nourriture.
Quatrième voyage (Houyhnhnms) :
Pays des Houyhnhnms, des chevaux magnifiques et savants qui sont au sommet de la raison et de la sagesse. Ils sont les maîtres des Yahoos, des animauxrépugnants, sales, sans aucune éducation, sauvages. Au grand désepoir de Gulliver, ces bêtes sont des êtres humains. Il se voit alors dans un pays où les dominants de la Terre sont dominés par des chevaux. Cependant, on est dans une même Terre, et on se pose ici une question de reflexion : quelle est la différence entre un être humain et un animal ? De plus, Gulliver veut rester avec les Houyhnms pour lereste de sa vie, car il exprime un profond respect envers eux, et un dégôut extrème envers la race humaine, qui lui ait abjecte et haïssable.
Gulliver est donc un grand voyageur qui fait le tour du monde, ou même le tour d’univers inconnus. Ce sont des mondes utopiques, ou même contre-utopiques qui reposent sur un critique de l’auteur à la société. Cette oeuvre marque un somet de la satiresociale et politique au travers d’éléments mêlant, sur le mode du pamphlet ou de la description narrative, de la philosophie, de la logique, du fantastique et de la science-fiction. Swift attaque l’`ere des lumières, ainsi que plusieurs grands écrivains, tels que Voltaire, qu’écrit aussi de fantastiques récits, ou d’après lui, des « niaiseries », mais qui ont une forte influence au XVIII, et qui...
tracking img