fiche auteur Jean Cocteau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (464 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 novembre 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean Cocteau est née en 1889 et mort en 1963. Son oeuvre est diffusée en en 1950. Le mouvement littéraire est le suréalisme, ce mouvement est basé au 20eme siècle; il est a la recherche de nouveauxmoyens d'écriture, il veux aller au dela du réel pour libérer les forces du rêve et de l'inconscient.L'oeuvre d'Orphée est a l'origine une pièce de theâtre mais Jean Cocteau revisite cette de piece cinématographiquement. Les rôle que l'ont peut ualifier de déterminent sont :
- Orphée : qui est unpoête célèbre mais sa célebrité dérange certaine personnes.
- Eurydice : c'est une personne tres simple, et ce que l'on peut retenir de ce personnage c'est l'amour qu'elle porte a son mari; Orphée.- La Princesse : symbolise la mort d'Orphée mais elle est aussi amoureuse de lui et a la fin elle se sacrifiera pour lui.
- Heurtebise : est une jeune mort qui est au service de la mort elle même, ilservira aussi de guide a Orphée et Eurydice.
L'histoire est inspirée de mythe d'Orohée, la version théâtre est apparut en 1926 c'est une version qui est qualifiée de comtemporaine et qui estadmirée par différents auteurs comme Rilke mais est aussi qualifiée de "la plus grande tragédie de notre temps" par Virginia Woolf. Il sera ensuite revisté de manière moderne et cinématographique en 1950,les décors du film sont qualifier de suréalistes de cette époque.
Résumé de l'histoire :
Orphée est un poète très célèbre. Un jour, alors qu'il est au café qu'on surnomé café des poète, il voitarriver un poète saoul accompagné d'une femme qu'il qualifie d"élégante, la poète saoul provoque une baguarre dans le café et durant cette altercation, il se fait renverser par deux motards qui prennentla fuite. La femme (qui est la Princesse) fait transporter le jeune poète dans sa voiture et demande à Orphée de l'accompagner. Une fois arrivé chez la Princesse, Orphée se rend compte que le poète...