Fiche bac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3901 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Anthologie :
La poésie résistante

TABLE DES MATIERES
Préface

Textes
-Jean Prévost, "Le Petit Testament"
-Pierre Seghers, "Octobre"
-René Guy Cadou, "les fusillés de Châteaubriant"
-Emmanuel d'Astier de La Vigerie, "Complainte du Partisan"
-René Tavernier, "Il y en a qui prient, il y en a qui fuient"
-Pierre Emmanuel, "Les dents serrées"
-Louis Aragon, "Le musée Grévin" (vers 1 à56)
-Marianne Cohn, "Je Trahirai Demain"
-Robert Desnos, "Le Veilleur du Pont-au-Change"
-Maurice Druon et Joseph Kessel ,"Le chant des partisans"

Conclusion

PREFACE
La deuxième Guerre Mondiale et l'occupation Allemande en France a provoqué de nombreuses réactions chez les écrivains et poètes. Mais les Allemand et le régime de Vichy éxercaient une telle censure que ces auteurs étaientobligés de publier leurs poèmes dans la clandestinité. Les auteurs devaient publier leurs recueils sous des faux noms par exemple Aragon signait François la Colère ou Eluard signait Jean du Haut.
A l'époque lire de la poésie engagée était considéré comme un acte de rébellion, ainsi être pris en possession de textes engagés n'était pas sans risque, les résistants avaient tendance à apprendre lestextes et à les mettre en musique come le "Chant des partisans".Pour déjouer la censure, les poètes utilisaient beaucoup de symboles, de métaphores, avaient souvent recours au refrains et aux anaphores pour rendre les textes plus mémorisables (ex : Eluard). Desnos utilisait même de l'argot pour ne pas être compris des Allemands.

TEXTES

Jean Prévost, "Le Petit Testament"
Jean Prévost est unécrivain français né le 13 juin 1901. Il adhère au Comité national des écrivains, créé par Aragon, et participe à la création du journal clandestin Les étoiles à la fin de 1942. Il est mort au combat le 1er août 1944 à l'âge de 43 ans.
Dans "Le Petit Testament" il nous montre sa joie de vivre malgré la guerre qu'il est en train de vivre. Il parle à l'imparfait comme s'il était déjà mort.

Claude,si la guerre incertaineUn de ces beaux matins m'emmèneLes pieds devant,N'écris pas mon nom sur la terreJe souhaite que ma poussièreS'envole au vent.
Pas d'étendard avec ma chiffeQue l'officiel et le pontifeTaisent leur bec;Vous-mêmes, ce matin d'épreuve,Mes trois enfants, et toi ma veuveGardez l'oeil sec.
Pas un regret ne m'importune.Je suis content de ma fortune.J'ai bien vécu.Un homme quis'est rempli l'âmeDe trois enfants et d'une femmePeut mourir nu.
Veux-tu que mon ombre s'égaieQu'un canot à double pagaiePorte mon nom,Qu'il ait un mât, voile latine,Le nez léger, l'humeur marineEt le flanc blond.
Tu sais comment j'aimais la vie.Je détestais la jalousieEt le tourment.Si les morts ont droit aux étrennesJe veux qu'au bout de l'an tu prennesUn autre amant.

Pierre Seghers,« Octobre»
Pierre Seghers est né en 1906 entre dans la résistance en 1940 et participe à différentes publications clandestines. En 1939, il crée la revue P.C. 39 pour ces Poètes casqués alors qu'il était soldat, qui devient l’année suivante Poésie 40.
Ce poème rend hommage aux prisonniers exécutés par les nazis au mois d’octobre 1941, pour punir plusieurs attentats éffectués le 19 et le 21 octobre 77prisonniers ont étés éxécutés pour ces attentats.

Le vent qui pousse les colonnes de feuilles mortesOctobre, quand la vendange est faite dans le sangLe vois-tu avec ses fumées, ses feux, qui emporteLe Massacre des InnocentsDans la neige du monde, dans l’hiver blanc, il porteDes taches rouges où la colère s’élargit ;Eustache de Saint-Pierre tendait les clefs des portesCinquante fils la mort lesprit,Cinquante qui chantaient dans l’échoppe et sur la plaine,Cinquante sans méfaits, ils étaient fils de chez nous,Cinquante aux regards plus droits dans les yeux de la haineS’affaissèrent sur les genouxCinquante autres encore, notre Loire sanglanteEt Bordeaux pleure, et la France est droite dans son deuil.Le ciel est vert, ses enfants criblés qui toujours chantentLe Dieu des Justes les...
tracking img