Fiche biographique emile zola

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 6 (1367 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 30 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
" Je ne suis de l'école du rien, ni dans le roman, ni dans le drame; je suis au contraire pour la passion, pour ce qui agit et ce qui émeut " Emile Zola

La mort de son père , ingénieur, alors qu'il n'a que sept ans met toute la famille du jeune Emile dans une situation financière difficile. Quand sa mère décide de s'installer à Paris , Emile Zola découvre la vie de bohème : "Etre pauvre àParis, dira-t-il, c'est être pauvre deux fois" . Cette situation précaire, un échec au baccalauréat , un premier travail dans l'édition, puis un poste de chroniqueur littéraire le mèneront vers une écriture engagée. Très vite l'auteur de Germinal va militer pour le réalisme et ce qu'on a appelé le naturalisme : "Notre héros , écrit Zola n'est plus le pur esprit, l'homme abstrait du XVIII ème siècle.Il est le sujet physiologique de notre science actuelle, un être qui est composé d'organes et qui trempe dans un milieu dont il est pénétré à chaque heure". Avec une telle affirmation, Zola s'exposait aux critiques. Elles ne manquèrent pas. Nietzsche lui répond avec violence : le dessein de Zola, c'est " le plaisir de puer". Et il ne faut pas compter sur Dostoïevski pour lui venir en aide : "J'aipris Zola, et je n'ai pu qu'à grand peine lire une telle laideur…"

Comme l'écrit Jean d'Ormesson : " Au delà de ces critiques, la grandeur de Zola est de faire passer dans son œuvre monumentale " à peu près l'état contemporain du savoir", selon la formule de Michel Serres, et d'apporter à ce travail de titan à la fois les fruits d'une très grande expérience politique et sociale acquise notammentdans le journalisme et aussi et surtout le concours décisif d'un souffle romantique et d'un tempérament épique".

Il nous reste d'Emile Zola un édifice légendaire : Les Rougon Macquart, "l'histoire naturelle et sociale d'une famille sous le second empire"..

Puis sur la fin de sa vie Emile Zola lancera, concernant le procès Dreyfus, une attaque restée célèbre : Au milieu des années quatrevingt dix, il met plusieurs années pour se forger une opinion sur ce procès. Puis il passe de l'indignation à la révolte. Dès qu'il est convaincu de l'innocence du capitaine Dreyfus, il publie, le 11 janvier 1898, dans l'Aurore, sa lettre retentissante au président de la république : J'accuse. Elle lui apportera en quelques jours une immense renommée et lui vaudra à la fois condamnation et amende ,ce qui l'obligera à un an exil. Il revient en France en 1899 et meurt trois ans après, à 62 ans, d'asphyxie, dans un accident demeuré mystérieux.

1840 Naissance le 2 avril à Paris d’Emile Zola. Il est le fils de François Zola, italien, ingénieur des travaux publics et d'Emilie Aubert dont les parents étaient des artisans beaucerons.
1843 La famille Zola s’installe à Aix en Provence
1847 Mortdu père d'Emile Zola qui met sa famille dans une situation financière difficile.
1852 Etudes secondaires à Aix jusqu'en 1857. Emile Zola se lie d'amitié avec Paul Cézanne.
1858 La famille de Zola revient s'installer à Paris.
1859 Emile Zola, alors au lycée Saint-Louis échoue au baccalauréat . Il abandonne ses études et connaît une vie de bohème parfois difficile. Il lit beaucoup et commence àécrire contes et poèmes.
1862 Il entre comme employé chez Hachette. Il y restera quatre ans et deviendra rapidement chef de publicité. Il publie ses premières chroniques dans la presse
Il est naturalisé français.
1864 Il publie un recueil de nouvelles : Les Contes à Ninon
1865 Il publie son premier roman, d'inspiration autobiographique : La Confession de Claude.
Il rencontreGabrielle-Alexandrine Meley qu'il épousera en 1870.
1866 Emile Zola quitte Hachette et devient chroniqueur littéraire à l'Evénement. Il publie également des articles sur la peinture. Il défend avec beaucoup de conviction Manet et des peintres qu'on appellera bientôt les impressionnistes par opposition aux peintres académiques
1867 Publication de Thérese Raquin
1868 Publication de Madeleine Férat
Il imagine...
tracking img