Fiche de bac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1207 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’île aux esclaves, Marivaux
Scène 1: Exposition

[début du chap. … chaloupe]

Intro:

L’île des esclaves est une pièce en un acte (1725).
Elle montre le problème des rapports maîtres / serviteurs sous forme de fable (thème socio-philosophique). 2 des personnages de la liste sont présents sur le théâtre au lever de rideau. Ils sont identifiés : le valet par son nom « Arlequin » ; lemaître par son statut social « patron ».Elle renvoie aussi à la comédie italienne (Commedia Dell’arte), c’est donc dans un registre comique que se joue la pièce. L’ouverture est une scène d’exposition vivante qui montre une révolte en action. C’est l’emblème des enjeux de la pièce dans son ensemble.

Plan:

I.Une scène d’exposition
1)Les lieux
2)Les personnages
3)Action
4)Le problèmede la vraisemblance
II.La révolte en action
1)Le jeu du maître
2)L’échec d’Iphicrate
3)La révolte croissante d’Arlequin
III-Une scène emblématique, miroir de l’œuvre
1)Entre comique et pathétique
2)Les personnages symboles
 
Dévelopement du Plan:

I.Une scène d’exposition

Conforme à la tradition théâtrale, elle a pour objectif de présenter aux spectateurs les élémentsnécessaires de compréhension des évènements. Elle répond toujours au même question : où, quand,…

1)Les lieux

-didascalies renseignent sur l’espace de l’action (île, mer, rochers, arbres, maisons). C’est un décor dépouillé, un espace insulaire.
-L’île au 18ème siècle montre le exotisme, un univers sauvage, proche de la nature « cases » (Iphicrate).
Espace types des utopies = universbouleversé avec des valeurs inversées par rapport à la société contemporaine.
 Renversement des situations sociales entre les maîtres et les valets.

2)Les personnages

Arlequin / Iphicrate sont présentés pour mettre en évidence un rapport social. Le maître « patron » et Arlequin = un esclave qui accepte le rapport de sujétion. Mais une soumission qui va disparaître → changement de l’attitude =essence de l’action dans la pièce.

3)Action

Elle est déjà engagée lors du lever de rideau, c’est le moment du naufrage sur la grève. Iphicrate reconnaît l’île et ses dangers (à la différence d’Arlequin). Il y a un décalage entre eux, Arlequin croit que c’est une île déserte (maigre…). Arlequin ne comprend pas l’angoisse d’Iphicrate parce qu’il ne sait pas. La découverte de la vérité =porte ouvert à la révolte.

4)Le problème de la vraisemblance

Comment Iphicrate reconnaît-il l’île (a quels indices) ? Le lieu lui a été décrit en détail, c’est une des conventions du théâtres.

II.La révolte en action

Tous les intérêts reposent sur la représentation de la révolte d’Arlequin.
La mise en scène de l’acte de rébellion est une des originalités de Marivaux (d’habitude larévolte vient plus tard).

1)Le jeu du maître :

Iphicrate comprend que l’île est un espace hostile aux maîtres « île de esclaves », il a peur de la réaction d’Arlequin, il tente de dissimuler la vérité sur le lieux. Il propose la fuite comme une nécessité et veux retrouver les autres survivants (« je suis d’avis… »). Avec l’indifférence d’Arlequin → agitation d’Iphicrate qui a peur, il donneune explication et nomme l’île (« je suis perdu, je ne reverrai plus… »), il y a une sorte de terreur face à la mort, il ne connaît pas les mœurs insulaires dans leur évolution. Les impératifs montrent qu’il est déterminé à fuir (« Suis-moi », « ne néglige… »), le rythme de l’action est soutenu.
Le passage au pluriel (« perdons ») au « je » montre que le maître insiste sur les dangers et sur sondestin personnel qui l’oppose au sort d’Arlequin (fin de la réplique). Marivaux insiste sur l’instinct de conservation.
Il y a une deuxième explication : il y est contraint à être plus clair. C’est un court récit qui est l’historique de l’île.
Iphicrate est hypocrite (« je crois que c’est ici »), Arlequin comprend la situation d’infériorité, il n’est pas dupe du « mon cher, nous… »...
tracking img