Fiche de lecture antigone d'anouilh

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1439 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de Lecture

Antigone
De Jean Anouilh

I – Autour de l’œuvre :
Année de publication : 1946
Jean Anouilh a écrit Antigone en 1942. La pièce fut créée le 4 février 1944 au théâtre de l’Atelier à Paris, dans une mise en scène d’André Barsacq. Ensuite, elle fut publiée en 1946 aux Editions de la Table Ronde.

Jean Anouilh :
Jean Anouilh est un écrivain et dramaturge français, néle 23 juin 1910 à Bordeaux (Gironde) et mort le 3 octobre 1987 à Lausanne (Suisse). Son œuvre théâtrale commencée en 1932 est particulièrement abondante et variée : elle est constituée de nombreuses comédies souvent grinçantes et d'œuvres à la tonalité dramatique ou tragique comme sa pièce la plus célèbre, Antigone, réécriture moderne de la pièce de Sophocle.
Anouilh a lui-même organisé ses œuvres enséries thématiques, faisant alterner d'abord « Pièces roses » et « Pièces noires ». Les premières sont des comédies savoureuses marquées par la fantaisie comme Le Bal des voleurs (1938) alors que les secondes montrent dans la gravité l'affrontement des « héros » entourés de gens ordinaires en prenant souvent appui sur des mythes comme Eurydice (1942), Antigone (1944) ou Médée (1946).
Après laguerre apparaissent les « Pièces brillantes » qui jouent sur la mise en abyme du théâtre au théâtre (La Répétition ou l'Amour puni, 1947 -Colombe, 1951), puis les « Pièces grinçantes », comédies satiriques comme Pauvre Bitos ou le Dîner de têtes (1956). Dans la même période, Jean Anouilh s'intéresse dans des « Pièces costumées » à des figures lumineuses qui se sacrifient au nom du.
Jean Anouilha également adapté plusieurs pièces d'auteurs étrangers, Shakespeare en particulier. Il a aussi mis en scène certaines de ses œuvres.

II – Approfondissement :
1 – résumé :
Tragédie en prose, en un acte.
Le personnage appelé le Prologue présente les différents personnages et résume la légende de Thèbes.
Antigone rentre chez elle, à l’aube, après une escapade nocturne. Elle est surprise parsa nourrice qui lui adresse des reproches. L’héroïne doit affronter les questions de sa nounou. Le dialogue donne lieu à un quiproquo.
La nourrice sort et Ismène, la sœur d’Antigone, dissuade cette dernière d’enfreindre l’ordre de Créon et d’ensevelir le corps de leur frère Polynice. Elle n’entend pas devenir raisonnable.
Antigone se retrouve à nouveau seule avec sa nourrice. Elle cherche àsurmonter ses doutes et demande à sa nourrice de la rassurer. Elle semble décidée à mourir .
Ensuite arrive Hémon, son fiancé. Elle lui demande de la pardonner pour leur dispute de la veille. Les deux amoureux rêvent alors d’un bonheur improbable. Hémon la réconforte en lui déclarant son amour.
Ismène revient en scène et conjure sa sœur de renoncer à son projet. Elle affirme même que Polynice,le “frère banni”, n’aimait pas cette sœur qui aujourd’hui est prête à se sacrifier pour lui. Antigone avoue alors avec un sentiment de triomphe, qu’il est trop tard, car elle a déjà, dans la nuit, bravé l’ordre de Créon et accompli son geste.
Jonas, un des gardes chargés de surveiller le corps de Polynice, arrive pour annoncer à Créon que quelqu’un a recouvert de terre le corps de Polynice. Leroi ne veut pas que la nouvelle se répande.
Le chœur s’adresse directement au public et vient clore la première partie de la pièce. Il commente les événements en exposant sa conception de la tragédie qu’il oppose au genre littéraire du drame.
Antigone est traînée sur scène par les gardes qui l’ont trouvée près du cadavre de son frère. Ils ne veulent pas croire qu’elle est la nièce du roi, et latraitent avec brutalité.
Créon les rejoint. Les gardes font leur rapport. Créon est prêt à la sauver et faire oublier l’affaire. Mais Antigone refuse et se révolte, elle veut mourir.
Ismène, la sœur d’Antigone entre en scène et est prête à mettre elle aussi sa vie en jeu. Mais Antigone refuse. Créon appelle le garde, Antigone clôt la scène en appelant la mort de ses cris et en avouant son...
tracking img