Fiche de lecture bel ami

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1594 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de lecture
Bel Ami, de Maupassant. 1885Résumé :Georges Duroy est un homme ordinaire, qui travaille péniblement et ne dispose que de peu de ressources mais deux choses le distinguent : il a une ambition démesurée et obtient un succès fou auprès des femmes de toutes conditions. Lorsqu’il rencontre son vieil ami Forestier aux détours d’une rue il ne se doute pas que celui-ci lui offrira lapossibilité d’avoir un destin hors du commun. Forestier en effet le fait rentrer dans le journal dans lequel lui-même est rédacteur : La Vie française. L’ascension sera longue mais constante. Les femmes croisées vont le propulser à chaque rencontre un peu plus haut. Il prendra la place de Forestier lui-même en épousant sa veuve. Sans scrupule, décidé à réussir sa vie, ce fils de taverniers normandsira, sur les conseils de son épouse, jusqu’à changer son patronyme : il deviendra Prosper-Georges Du Roy de Cantel (né à Canteleu) et par un placement judicieux pourra s’offrir le titre de baron. Visant la députation, il obtiendra le divorce de sa femme prise en flagrant délit d’adultère et épousera en dernières noces la fille de Walter, fondateur du journal, après avoir enlevé cette dernière etsous les cris d’horreur de Madame Walter, ancienne maîtresse de Bel-Ami ! Une seule femme parcourt le roman avec grâce, c’est Madame de Marelle, qu’il semble aimer sincèrement. Portrait d’un personnage : Le personnage principal est, vous l’aurez deviné, ce Bel-Ami : il est nommé ainsi par la petite fille de Clotilde de Marelle, par jeu. Toute la bonne société qu’il fréquentera par la suite lesurnommera ainsi. Pourtant Georges Duroy est loin d’incarner les qualités que présupposent son surnom. D’amitié pour Forestier il n’en aura que très peu, poussant le vice jusqu’à demander la main de sa veuve le jour même de l’enterrement. Par la suite, prenant sa place au journal comme dans le lit de sa femme il se moquera de cet individu qui prend beaucoup de place dans sa vie. Mais ce sont les femmesqui ont « fait » Georges Duroy. Ce provincial sans qualification obtiendra d’elles la réussite professionnelle, Madeleine Forestier lui écrivant ses articles, et la réussite sociale, Clotilde de Marelle lui présentant de nombreuses personnalités. Fréquentant les ministres, il ne manifestera aucune forme de reconnaissance aux personnes croisées sur sa route. Egoïste, volontiers menteur, il incarnele parfait arriviste, prêt à tout pour réussir y compris par des moyens détournés. Néanmoins, on ne peut manquer de s’attacher à lui. Sa réussite est un peu la nôtre même si les procédés sont à plusieurs égards condamnables. Il finit par être touchant, bien qu’il est soit intraitable. L’image finale atteste sa détermination : sur le perron de l’église de la Madeleine où il vient d’épouser, aprèsl’avoir enlevée, Suzanne Walter, deux choses l’animent : la vision de l’Assemblée Nationale où il souhaite être élu à la députation et le souvenir de Clotilde de Marelle à laquelle il continue de porter des sentiments amoureux , malgré les promesses d’amour faites à sa jeune épouse.
Résumés
Première PartieJuin 1880. Georges Duroy, sous-officier rendu à la vie civile, est un beau jeune homme peuscrupuleux. Nouvellement employé aux chemins de fer du nord, il déambule sur les boulevards parisiens, en quête de fortune et de réussite. Il rencontre un ancien camarade de régiment, Forestier, qui va le recommander au directeur de son journal, la Vie française. Grâce à l'appui de son ami, Georges est embauché comme reporter ce qui lui permet de doubler son salaire.
Le jeune homme découvre lessalles de rédaction et les coulisses de la vie parisienne. Il plaît aux femmes et est bien décidé à en profiter pour "arriver" . Mme Forestier, la femme de son ami lui donne des conseils et l'aide à rédiger ses premiers articles. Puis Georges fait la connaissance de Clotilde de Marelle, une sympathique bourgeoise bohème, qui lui délivre une éducation sentimentale très libre. La très jeune fille...
tracking img