Fiche de lecture choay riegl

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5104 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Françoise Choay, L’Allégorie du patrimoine
* Ferveur des Attalides pour les objets d’art et les sculptures de la Grèce classique. Objets recherchés choisis et acquis pour leur qualité intrinsèque.
* 210 av ne : fouilles d’Attale Ier à Egine
* Copie des grands monuments helléniques dans la capitale par les Attalides
* 146 av ne : partage du butin consécutif au sac de Corinthe→importance des enchères soumises par Attale II pour des objets dont les Romains ne voient pas l’intérêt → invention de la préemption par le général romain Mummius
* Changement de statut des œuvres grecques spoliées par les Romains au moment où Agrippa demande que les œuvres thésaurisées dans le secret des temples soit exposées à la vue de tous

* Valeur des objets choisis par les Attalides etles Romains › ni a leur histoire ni a leur ancienneté mais au fait qu’ils donnent à voir les accomplissements d’une civilisation supérieure

* Réutilisation de monuments romains après la chute de l’Empire, exemples au XIe siècle :
* Arches du Colisée bouchées et occupées par des habitations, des entrepôts
* Arène du Colisée occupée par une église
* Circus Maximus remplid’habitations que loue la congrégation de St Guy
* Arches du théâtre de Pompée occupées par des marchands de vins et des trattorie
* Arches du théâtre de Marcellus occupées par des chiffonniers, des fripiers et des tavernes
* La politique de remploi de Grégoire Ier :
* › raison pratique économique
* Prend en charge l’entretien du parc immobilier
* Grandes demeures patriciennestransformées en monastères
* « Ne détruisez pas les temples païens, mais seulement les idoles qu’ils abritent. Pour ce ui est des édifices mêmes, contentez vous de les aspergez d’eau bénite et d’y placer os autels et vos reliques »

* Erection des sociétés d’antiquaires anglaises en gardienne du patrimoine architectural → mise en place d’une structure de protection, privée et civique, propre ala Grande Bretagne jusqu’au début du XXe siècle
* Question de la restauration des monuments nationaux anglais posée en termes clairs, doctrinaux et polémiques : restauration conservative ou restauration interventionniste ?
* = débat ouvert par la Société des antiquaires de Londres puis par d’autres sociétés
* Débat à l’occasion des campagnes de restauration menées par l’architecteJames Wyatt sur un ensemble de cathédrales anglaises entre 1788 et 1791 → suppression de jubés et autres obstacles a la traversée Ouest /Est du regard, monuments funéraires déplacés , porches « trop anciens » détruits au nom de la transparence, de la symétrie et de l’unité des styles.

* Deux doctrines dans le domaine de la restauration :
* Doctrine interventionniste, prédominant dansl’ensemble des pays européens (Viollet-le-Duc). Définition de la restauration dans le dictionnaire de Viollet-le-Duc : « Restaurer un édifice, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné. »
* Doctrine anti interventionniste, surtout propre à l’Angleterre (Ruskin), défend le fait que le travail des générations passées confère aux édifices qu’elles nous ontlaissées un caractère sacré → il est interdit de toucher aux monuments du passé «  Nous n’en avons pas le moindre droit. Ils ne nous appartiennent pas. Ils appartiennent en partie à ceux qui les ont édifiés, en partie à l’ensemble des générations humaines qui nous suivront. »
Pour Ruskin et Morris, vouloir restaurer un objet ou un bâtiment et porter atteinte à l’authenticité qui en constitue lesens même. Il semble que pour eux, le destin de tout monument historique soit la ruine et la désagrégation progressive. Ils préconisent cependant l’entretien des monuments et admettent qu’on les consolide, à condition que ce soit de façon invisible.

Aloïs Riegl, Le culte moderne des monument, Son essence et sa genèse

Préface de Françoise Choay
-depuis la 1ère et surtout la 2nde...
tracking img