Fiche de lecture de rhinocéros par ionesco

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1217 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de Lecture :
Rhinocéros, d'Eugène Ionesco

Biographie :
Eugène Ionesco est né à Slatina (Roumanie), le 13 novembre 1909.
Il est né d'un père roumain et d'une mère française, Eugène Ionesco passa sa petite enfance en France. Il y écrivit à onze ans ses premiers poèmes, un scénario de comédie et un « drame patriotique ». En 1925, le divorce de ses parents doit le conduire à retourner enRoumanie avec son père. Il fit là-bas des études de lettres françaises à l'université de Bucarest, participant à la vie de diverses revues avant-gardistes.
En 1938, il regagnait la France pour préparer une thèse, interrompue par le déclenchement de la guerre qui l'obligea à regagner la Roumanie. C'est en 1942 qu'il devait se fixer définitivement en France, obtenant après la guerre sanaturalisation.
En 1950, sa première œuvre dramatique, La Cantatrice chauve, sous-titrée « anti-pièce », était représentée au théâtre des Noctambules. Échec lors de sa création, cette parodie de pièce allait durablement marquer le théâtre contemporain, et faisait d'Ionesco l'un des pères du « théâtre de l'absurde », une dramaturgie dans laquelle le non-sens et le grotesque renferme une portée satirique etmétaphysique, présente dans la plupart des pièces du dramaturge. Auteur de plusieurs ouvrages de réflexion sur le théâtre, dont le célèbre Notes et contre-notes, Eugène Ionesco connut à la fin de sa vie cette consécration d'être le premier auteur à être publié de son vivant dans la prestigieuse bibliothèque de la Pléiade.
Eugène Ionesco fut élu à l'Académie française le 22 janvier 1970, par 18 voixcontre 9 à Jules Roy, au fauteuil de Jean Paulhan. Il fut nommé, en 1970, Officier de la Légion d'honneur, Commandeur de l'ordre national du Mérite et Commandeur des Arts et des Lettres. Il fut reçu par le professeur Jean Delay, le 25 février 1971.
Il meurt le 28 mars 1994.

Bibliographie :
La Leçon (1950).
Les Chaises (1952).
Amédée ou comment s'en débarrasser (1953).
L'Impromptu del'Alma (1956).
Rhinocéros (1959).
Le Roi se meurt (1962).
La Soif et la Faim (1964).
Macbeth (1972).

Registre :
Théâtre de l'Absurde : Lorsque les gens choisissent de se transformer en rhinocéros au lieu de ne pas capituler. Les habitants décident de choisir la facilité que la "bataille". Bérenger reste finalement le seul Homme de la ville, il restera seul ainsi. Il s’agit d’un genre traitantfréquemment de l’absurdité de l’homme et de la vie en général, celle-ci menant à la mort.
Acte II : "Une histoire à dormir debout !"
"C'est une machination infâme"
"Après tout, les rhinocéros sont des créatures comme nous, qui ont le droit à la vie au même titre que nous !"
"L'humanisme est périmé ! Vous êtes un vieux sentimental ridicule."

Comique : Lorsque le Logicien essaie deconvaincre le Vieux Monsieur en lui parlant de sa "nouvelle découverte" : tout animal est un chat. Aussi, pendant l'apparition des rhinocéros, les paroles des personnages qui se répètent.
Acte I : "Donc logiquement, mon chien serait un chat."
"Socrate était donc un chat !"
"Oh ! Un rhinocéros !" (Dit par Jean)
"Oh ! Un rhinocéros !" (Dit par Daisy)

Thèmes :
L'absurdité : On observe,tout au long de cette pièce de théâtre, l'absurdité des gens. Ils ne se doutent de rien, ils ne veulent pas y croire et finalement acceptent de se métamorphoser en rhinocéros pour une multitude de raisons.
Acte II : "Je ne peux pas le laisser comme ça"
Acte III : "de suivre [ses] chefs et [ses] camarades, pour le meilleur et pour le pire"
"C'est ça, les gens. Ils ont l'air gai. Ils sesentent bien dans leur peau. Ils n'ont pas l'air d'être fous. Ils sont très naturels. Ils ont eu des raisons."

La naïveté : De Botard qui ne veut croire que les rhinocéros traversent la ville et qu'il y en a de plus en plus, selon les pompiers. Il ne veut comprendre ce que Daisy, Bérenger et Dudard lui disent avec insistance. Ensuite, Botard fait mine de ne pas avoir cru au rhinocéros...