Fiche de lecture de l'attrape coeurs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2472 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’attrape-cœurs
JD Salinger
 
Introduction
        I.            RESUME DE L’ŒUVRE
      II.            PRESENTATION DES PERSONNAGES
-        Holden Caulfield
-        Phoebe
-        Allie Caulfield
-        M. Antolini
-        Ward Stardlater
-        Jane Gallagher
    III.            AXES DE LECTURE DE L’OEUVRE
-        Le passage difficile à l’âge adulte
-        Le mépris del’hypocrisie
-        La solitude de Holden
 
 
INTRODUCTION
 
L’Attrape-cœurs est un roman très célèbre, écrit par J.D Salinger, qui est décédé récemment. Il est publié pour la première fois en 1951, aux Etats-Unis, et on compte à ce jour plus de 60 millions d’exemplaires vendus à travers le monde.
 
Il est d’ailleurs enseigné dans de nombreux établissements scolaires, ce qui peutparaître paradoxal lorsque l’on se penche sur le héros de l’œuvre, Holden Caulfield, qui est en réalité… un anti-héros.
 
I- RESUME DE L’ŒUVRE
 
Dès les premières lignes, le narrateur Holden Caulfield  annonce que ses écrits ne doivent pas servir d’autobiographie. On ne sait pas exactement où il se trouve, mais on comprend qu’il est quelque part dans un établissement psychiatrique. Il rappelle cequ’il lui est arrivé l’hiver précédent. Il est alors élève dans une institution, la Pencey Prep School (en Pennsylvanie), mais c’est un étudiant immature et peu responsable. Il est viré du collège et, avant de quitter les lieux, voit une dernière fois son professeur d’histoire M. Spencer, qui lui prodigue de derniers conseils que le jeune homme n’écoute pas.
De retour à son dortoir, Holden estexaspéré par l’un de ses camarades, Stradlater, qu’il trouve arrogant, et par un dénommé Ackley. Justement, Stradlater a obtenu un rendez-vous avec Jane Gallagher, une jeune fille qu’Holden fréquentait et qu’il admire encore beaucoup.
Il prépare ses bagages en toute hâte et part de l’institution durant la nuit, rejoignant New York par le train. Dans ce même train, il rencontre la mère d’un desétudiants de son école, Ernest Morrow. Il ment alors sur sa véritable identité et l’invite à prendre un verre.
Arrivé à New-York, au lieu de retourner au domicile de sa famille, il prend un taxi qui l’emmène à l’Edmont Hôtel, un lieu sordide où il passe la soirée avec trois filles de Seattle. Là, il rencontre Maurice, qui s’occupe de l’ascenseur de l’hôtel, peu de temps après avoir croisé LillianSimmons, une ancienne petite amie d’un de ses frères aînés.  De la fenêtre de sa chambre, il peut observer diverses personnes. Suite à un malentendu avec une prostituée, Sunny, il se fait frapper par son proxénète.
Le dimanche, Holden appelle Sally Hayes, une ancienne de ses conquêtes. Ils proposent de se retrouver à Broadway pour une représentation matinale. Lors de son petit déjeuner, il offre 10dollars à deux religieuses avec qui il échange quelques mots sur Roméo et Juliette. Puis il recherche sa sœur cadette Phoebe, en vain.
La rencontre avec Sally Hayes tourne mal. Après plusieurs appels (à Carl Luce, notamment) Holden erre deux jours dans la ville. Il se retrouve alors dans un musée et s’arrête devant des statues qui le font méditer sur son existence : elles n’évoluent jamais…Holden se rend aussi  Central Park, où il observe le lac et ses canards, comme lorsqu’il était enfant. Gelé, il décide de s’introduire dans l’appartement familial pour réveiller Phoebe, qui est finalement, du haut de ses dix ans, la seule personne avec qui il peut vraiment communiquer.
 Il est contraint de lui avouer qu’il a été expulsé de son école, ce qui rend sa sœur furieuse. Et lorsqu’il essaiede lui expliquer pourquoi il déteste l’institution scolaire, elle lui réplique que de toute façon, il n’aime rien. Il lui avoue alors son fantasme d’être cet « attrape-cœurs » (le catcher in the rye original), quelqu’un qui empêcherait les petits enfants de tomber du haut d’une falaise lorsqu’ils ne regardent pas où ils vont. Cette idée vient d’un poème de Robert Burns. Mais Phoebe lui...
tracking img