Fiche de lecture "donner du sens à l'école"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5654 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Synthèse de Donner du sens à l’école.
DEVELAY, Michel. Donner du sens à l’Ecole .Issy-les-Moulineaux, ESF éditeur,
6ème édition 2007. 120 p. (Pratiques et enjeux pédagogiques).
 
Michel Develay, après avoir enseigné dans le premier degré, a été formateur en Ecole normale et professeur en Sciences de l’éducation à l’Université Lumière Lyon 2 où il a dirigé le Centre de recherches en sciencesde l’éducation. Ses travaux sont centrés sur les apprentissages scolaires et la formation des enseignants.

_____________________________

: UNE ECOLE EN CRISE DANS UNE SOCIETE EN CRISE.

L’Ecole est en crise, et nombre de manifestations semblent le prouver à tous les « étages » : manifestations d’étudiants et d’élèves régulières, presse syndicale des enseignants, propos tenus par lesassociations de parents d’élèves. La relation ambivalente qu’entretiennent les jeunes avec l’école, le désarroi des professeurs, les critiques des parents à l’égard d’une institution qualifiée de « ringarde » sont étayés par tous ces discours.
Mais ce n’est pas seulement l’Ecole qui est en crise. La société l’est tout autant. Toutes les professions sont à la recherche de leur identité. Lesenseignants l’expriment à propos de la massification de l’enseignement, de l’actualité et de la lourdeur des programmes, doutant même de l’intérêt d’une scolarisation qui, à cause de la récession, conduit à des diplômes ne débouchant plus forcément sur des emplois.
C’est parce que l’Ecole et la société ont de plus en plus de difficultés à échanger que l’une et l’autre souffrent en même temps. L’Ecole estmalade de sa société. La société est malade de son école. Elles sont en crise parce que les réalités et les valeurs sur lesquelles fonctionnent ces deux institutions s’opposent. Trois niveaux de divergences ont été recensés :

La crise des valeurs socioculturelles.
- L’Ecole répond à des questions que les élèves ne se posent pas et elle ne répond pas aux questions qu’ils évoquent.
-L’Ecole conduit l’élève à penser dans le long terme. Le temps scolaire est celui de la durée, alors que notre société du zapping valorise l’instant.
- L’espace scolaire est généralement anonyme, impersonnel, banal et froid tandis que l’espace social cherche à personnaliser, à créer des atmosphères.
- Les nouveautés technologiques inondent notre quotidien, modernité que l’Ecole peine àsuivre.
- Les questions débattues dans le monde entier relèvent du « transdisciplinaire », tandis que l’Ecole fonctionne toujours sur le découpage des disciplines.
De plus en plus, les élèves peuvent se demander si l’Ecole sert à comprendre le monde afin d’avoir pouvoir sur lui, ou si elle ne sert qu’à passer dans la classe suivante.
Les valeurs de l’Ecole et les valeurs de la sociétédevraient se rejoindre pour se confondre dans l’apprentissage de l’humanité, non pas conçue comme la somme des hommes, mais comme ce qui fait de l’homme un humain grâce à la communication, l’égalité et la solidarité.

La crise des ressources.
- Les pratiques pédagogiques et l’organisation scolaire ont davantage d’influence sur la réussite des élèves que les effectifs de classe. C’est ce qu’ontmontré diverses recherches au niveau mondial. Cependant, il reste que l’Ecole demande toujours davantage de moyens à une société qui se demande si les questions scolaires n’appellent pas des réponses d’un autre ordre, qui auraient à voir avec les pratiques et l’organisation notamment. L’Ecole demande des moyens pour agir autrement et mieux. La société demande à l’Ecole d’agir autrement pourqu’elle lui accorde plus de moyens.
La crise liée à la dimension professionnalisante de l’Ecole.
- Ecole et monde du travail affichent et véhiculent deux logiques contradictoires à l’égard des savoirs. Apprendre dans le monde du travail finalise les savoirs qui sont en relation directe avec une question qu’on se pose. A l’inverse, apprendre dans l’école favorise une progressivité dans les...
tracking img