Fiche de lecture droit public

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2122 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans la conférence du 11 mars 1882, publiée sous le titre de Qu'est-ce qu'une nation ?, Ernest Renan analyse une idée claire en apparence, mais dont les interprétations multiples peuvent données lieu à des malentendus dangereux : le terme de nation. L'enjeu du texte est donc double. Il s'agit d'une part de critiquer les mauvaises définitions de la nation, définitions que l'on peut qualifier de «fondamentalistes » au sens où elles cherchent à fonder la nation dans la race, la langue ou dans tout autre élément particulier, et donc de se prémunir contre les dangers qu'elles font courir à l'Europe. Et il s'agit d'autre part, de définir la nation, comprise comme un « mode de groupements » (p.7) particuliers, historiquement déterminé. Ce dernier point pose un problème capital : si la nationn'a pas de fondement, comment penser l'articulation entre un peuple et son histoire, ses symboles, et tous ces éléments qui composent, sans la fonder une nation ? Pour répondre, Ernest Renan retrace dans un premier temps l'origine historique du mode de groupement particulier qu'est la nation, puis il donne une définition négative de la nation, en disant ce qu'elle n'est pas et en critiquant leserreurs auxquelles le fondamentalisme nationaliste amène, enfin il donne une définition positive de la nation en proposant une articulation originale entre un peuple et son histoire.

1. Origine historique de la nation
L'organisation en nation est un mode de groupement humain qui une nouveauté par rapport à l'Antiquité. Son origine peut être fixée à la chute de l'Empire romain d'Occident vers 476après J.-C. Les invasions germaniques du Ve au Xe siècle imposent alors dans toute l'Europe occidentale des dynasties et une aristocratie militaire. Les Germains créent de nouveaux blocs comme la Burgondie, la Lombardie ou la Normandie. L'Empire franc en assure l'unité temporaire sous Charlemagne avant de donner naissance à des divisions immuables : la France, l'Allemagne, l'Angleterre, l'Italie etl'Espagne. La création des nationalités européennes telles que nous les connaissons aujourd'hui commence véritablement après la dislocation de l'Empire de Charlemagne, suite au traité de Verdun de 843, en quatre royaumes francs.
Les Etats résultant des invasions germaniques sont caractérisés par « la fusion des populations qui les composent », (p.11). Cette fusion est le fait de deuxcirconstances essentielles : le christianisme et l'oubli par les conquérants de leur propre langue. Les Germains convertis à la religion des peuples vaincus ont peu de femmes avec eux lors des conquêtes : dans les nouveaux territoires acquis, quelques générations suffisent pour qu'ils perdent leur langue d'origine. Ainsi la France devient un pays dominée par une minorité de Francs, mais complètementacculturés par leur mélange avec la population native. L'appartenance ethnique est rapidement oubliée au profit d'une distinction forte entre le noble et le vilain. Ce nouveau système de distinction se construit sur une erreur historique : la croyance sociale prête au noble un caractère courageux et éduqué, alors qu'il tient son rang d'une conquête violente. Ainsi, « l'oubli et je dirai même l'erreurhistorique sont un facteur essentiel de la création d'une nation », (p.13) et c'est aussi pourquoi, l'investigation historique montre que « l'unité se fait toujours brutalement » (p.14) : elle démystifie tout récit idyllique des origines.
Durant les siècles qui suivent, le roi de France réussit ce que beaucoup d'autres pays échouent à réaliser : la parfaite unité nationale. Elle trouve sa formulationcaractéristique avec la Révolution française : une nation existe par elle-même. L'unité nécessite donc deux éléments : l'oubli et le sentiment de la communauté : « l'essence d'une nation est que tous les individus aient beaucoup de choses en commun, et aussi que tous aient oublié bien des choses », (p.15). Cependant toutes les nations ne trouvent pas leur unité en passant par une dynastie. Les...
tracking img