Fiche de lecture du livre chinois fleur en fiole d'or ou bien jin ping mei

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2807 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Jin Ping Mei 金瓶梅词话 est un roman écrit sous la dynastie Ming, à la fin du XVIème siècle, par un auteur inconnu, en cent chapitres et en langue vernaculaire, le bai hua. L’œuvre jouit d’une réputation sulfureuse de livre pornographique. Il s’agit en fait d’un livre moral, qui passe de l’érotisme, à la satire, au burlesque, à la noirceur.
Pendant longtemps n’étaient connus que des extraitssexuels créant un véritable malentendu sur la nature réelle du livre. Seul l’aspect érotique étant pris en considération, il devenait choquant pour la société. La découverte au Japon du manuscrit intégral en a modifié la lecture, l’approche et l’analyse.
De plus la pruderie supposée ou connue des chinois a contribué à croire que peu de livres de passions, d’amour, ou licencieux avaient étéécrits. On sait désormais que la langue vulgaire, au contraire en a favorisé la diffusion malgré la censure.
C’est dans cette lignée qu’il s’intègre. Il décrit les passions de ces personnages. Le personnage principal, Ximen Qing est un herboriste, riche, dépravé, à la sexualité frénétique. L’histoire couvre quinze années de 1111 à 1127, elle nous informe sur les mœurs, lescoutumes, les relations humaines dans une grande famille à l’époque des Song du Nord, dans une ville du Shandong, non loin du grand canal qui permettait la communication entre Pékin et le Sud-est, et la propriété de Ximen Qing où réside toute la famille constitue le décor essentiel.
Le titre, signifie  «  Prunier dans le vase d’or » ou selon la traduction actuelle d’Albert Lévy « Fleur en Fioled’Or ». Il évoque la luxure par une double signification. Il regroupe trois prénoms féminins, ceux de deux épouses, et celui d’une des servantes de Ximen Qing :
Pan Jin Lian soit Lotus d’Or - Pan Jin Lian (潘金莲, Lotus d'or"); Cinquième épouse de Ximen Qing et son double féminin, sa préférée.
Li Ping ' er (李瓶儿,) soit Fiole, sixième épouse de Ximen Qing, image de la maternité tragique.
Pang Chun Mei(庞春梅,) soit Fleur de Prunier, servante préférée de Lotus d’Or déflorée par Ximen Qing avec l’accord de cette dernière. Elle restera fidèle à sa maîtresse, respectant ainsi l’idée confucéenne de fidélité au maître.
Le roman présentant un nombre important de personnages, aux actions et aux psychologies différentes, nous n’en étudierons volontairement que deux : Lotus d’Or et Ximen Qing ; Ilnous semble en effet difficile de les dissocier, mais mettrons davantage l’accent sur Lotus d’Or à nos yeux personnage plus original que celui de son mari, la littérature fouillant rarement de telles personnalités féminines. Ensuite nous nous attacherons à découvrir les informations fournies par la lecture du livre sur la société chinoise de l’époque.
Qui est donc Lotus d’Or?
Au début, le récitreprend la légende de « Au bord de l’eau, Shui-hu-zhuan水浒传 ».
Un jeune héros, vainqueur d’un tigre meurtrier, retourne couvert de gloire et d’honneurs dans sa ville. Il retrouve bientôt son frère, Wu l’aîné, un brave homme falot mais honnête, marié à Lotus d’Or, une jeune femme d’une beauté, d’une culture, d’un raffinement exceptionnel.
Insatisfaite, elle essaie de séduire le beau jeunehomme, mais lui, aussi respectueux de la morale que de son frère ainé, la repousse vigoureusement et préfère partir.

D’où vient-elle ?
Elle est vendue à l’âge de neuf ans, par sa mère veuve, à un commissaire. Chez lui elle apprend à lire, à jouer de plusieurs instruments dont le pipa (jeu de mots ?) avec un brio étonnant, à chanter, à se maquiller, à s’habiller, se coiffer, bref à se mettreen valeur, à cultiver l’art de la séduction.
Le commissaire décédé, elle est revendue, plus cher, toujours par sa mère, à la famille Zhang où elle est bien traitée les premières années. Mais Monsieur Zhang la viole alors qu’elle a dix-huit ans. Le poème du passage dit : « Pierre sans défaut, ce matin abîmée, Jamais ne retrouvera l’intégrité », c’est la seule excuse de Lotus d’Or, mais on...
tracking img