Fiche de lecture- empire colonial et capitalisme français

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 182 (45476 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français : histoire d’un divorce
Introduction
Questionnement sur le rôle des colonies françaises, leur fonction dans la croissance et les transformations structurelles du capitalisme français.
Contexte de la période post Trente-Glorieuse et du questionnement sur les failles du système productif français.
Quelle est la part de l’héritage de lacolonisation dans les difficultés économiques des années 1970 ?

1ère PARTIE : MYTHE ET REALITE DU BILAN COLONIAL

1-la problématique de l’impérialisme : des théories contradictoires, des bases empiriques fragiles
Les sources utilisées par l’historien, statistiques commerciales publiées par les services des douanes, relevés de prix, bilans des SA etc. ne sont pas destinées à l’historien. Ilest donc essentiel de les aborder en ayant formulé des hypothèses de départ.
En matière d’impérialisme colonial la théorie marxiste a souvent été la théorie sous-jacente des ouvrages historiques. L’impérialisme y apparait comme irrationnel et contraire à la logique capitalistique.
La théorie marxiste de l’impérialisme est datée : elle rend compte des formes de l’expansion coloniale dans la 2èmemoitié du 19ème et cherche à montrer en quoi les phénomènes d’échange inégal sont liés à l’évolution interne des économies capitalises.

* Les lignes de force de la problématique marxiste
Pr les théoriciens marxistes de l’impérialisme, ce système est une « réponse aux contradictions internes du développement capitaliste, un système de relations économiques inégales entre pays, un Etat dont lapolitique extérieure est déterminée par les intérêts d’une oligarchie financière »

un marxisme schématique se réduirait à une explication économique des conquêtes coloniales ; on reprocherait alors à Lénine d’avoir omis les stratégies des hommes politiques dans son analyse du processus de colonisation. Or l’analyse marxiste de l’impérialisme ne s’arrête pas à celle de l’expansion ; lacolonisation préexiste à l’impérialisme. Lénine cherche à montrer ce qui singularise son époque par rapport aux époques précédentes.
« la politique coloniale existait déjà avant la phase contemporaine du capitalisme et même avant le capitalisme » … «  la politique coloniale du capitalisme dans les phases antérieures de celui-ci se distingue foncièrement de la politique coloniale du capitalismefinancier »
Différences entre les politiques coloniales antérieures et la politique coloniale propre au capital financier
Cf. cas de l’Angleterre. Avant 1970 positions anticolonialistes. Capital industriel et commercial plus intéressé au libre échange. Années 1880 : ccr avec les autres nations industrielles et phase de conquêtes territoriales traduisant l’arrivée sur la scène internationale de rivaux ayantatteint un stade économique comparable.
Chasse aux colonies liée au passage du capitalisme à son stade monopoliste au stade du capitalisme financier.

**Le capitalisme financier, clef de voûte de la théorie marxiste de l’impérialisme
Rudolf Hilferding : concept du capitalisme financier
Le capital financier, étude sur le développement récent du capitalisme : grandes lignes de l’évolution ducapitalisme depuis 1880.
Développement de la concentration et liaison de + en + étroite entre capital bancaire et capital industriel ; l’ensemble aboutit à la disparition de la libre concurrence.
Capital financier = processus de concentration et de fusion qui confère aux grandes banques un rôle prédominant dans l’organisation de la production
Lié au PT et aux conditions de la lutte entrecapitalistes pour maintenir leurs taux de profit.
Dans les branches industrielles l’accroissement énorme du capital fixe et la nécessité grandissante de + en + de capitaux, la lutte entre entreprises de même tailles pousse à de gros sacrifices. le taux de profit y est inférieur à la moyenne.
Situation de ccr entre grandes firmes intervention des banques qui deviennent les « forces dominantes du...
tracking img