Fiche de lecture ethique et travail social

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2217 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 janvier 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
L’éthique est un terme qui a sa propre signification, une généalogie complexe et qui a connu une forte évolution. Par choix et parce que cela paraît particulièrement éclairant et pertinent pour le travail social, l’auteur se réfère essentiellement à Paul Ricœur, « la visée de la vie bonne avec et pour autrui dans des institutions justes », décrivant ainsi trois moments forts de la visée éthique :1. Celui de la relation à soi-même : c’est la croyance dans la liberté, c’est opposer l’initiative de la liberté à la résignation, aux déterminismes naturels et sociaux.
2. Celui de la relation à l’autre proche qui impose le respect et la reconnaissance de a liberté. L’éthique ne transige pas sur le respect de l’être humain. Elle est le face à face de proximité, l’interaction dans laquellela sollicitude est porteuse de responsabilités réciproques.
3. Celui de la relation aux tiers anonymes qui exige la médiation d’institutions justes. La dimension sociale est constitutive de l’identité du sujet, le tiers est constitutif du lien, et les institutions (familles, communautés, État) sont les médiations nécessaires sur le chemin de la liberté.

Pour Brigitte Bouquet, lestravailleurs sociaux se sont toujours interrogés sur leurs valeurs, sur leur morale et/ou éthique professionnelle. Elle montre que « le réveil éthique » n’a pas attendu les récents développements législatifs ; bien au contraire, « la réflexion éthique du travail social s’est constamment renouvelée au cours de son histoire, plus ou moins en rupture ou en coexistence ; elle s’est renouvelée par son rapportaux savoirs des sciences sociales et humaines en même temps que par l’interpellation des évolutions de la société ».

Les travailleurs sociaux ne doivent donc pas redouter l’actuelle « référence inflationniste à l’éthique », le « renouveau » ou le « retour éthique » et surtout
les logiques de «management qualité » ou celles des politiques d’amélioration continue des pratiques qui comprennent lasensibilisation, voire la formation
des travailleurs sociaux aux démarches d’évaluation. Ces logiques et politiques transforment en profondeur le travail social qui n’a jamais érigé de savoir absolu dans ses pratiques, et dont les agents ne mesurent pas encore suffisamment
« l’ampleur avec laquelle les récents changements au sein du travail social bousculent l’ensemble commun des valeurs ».Il s’agit de faire du lien entre les valeurs et l’adhésion aux valeurs. Les valeurs n’ont de réalité qu’intériorisées, portées par la force d’une conviction qui cherche à la faire partager à autrui.

Connaître les valeurs n’est pas suffisant en soi, encore faut-il les incarner, les réinterpréter dans la pratique : penser l’action au regard des valeurs pour en arriver à l’éthique.
Les mutationset les évolutions à l’œuvre posent un défi à l’éthique professionnelle. L’éthique est sans cesse à redécouvrir et interpréter. Elle procède à partir de réalités contradictoires et problématiques de l’action. Chaque situation nouvelle, chaque outil, chaque public la relance incessamment. Comment harmoniser l’efficacité des pratiques avec leur finalité éthique ? Car l’éthique du travailleur socialnécessite de recentrer toute intervention sur et en faveur de la personne, avec elle, et de retrouver une articulation entre le désir d’épanouissement des individus et les mutations d’une société et par là, de ses institutions.

L’auteur nous rappelle que « passer des valeurs à l’éthique, c’est procéder de la mise en acte.
L’éthique s’éprouve dans l’acte ; elle a un questionnement critiquepermettant d’éclairer celui-ci, de lui donner sens. C’est une réflexion permanente et perpétuelle sur le sens propre de l’acte à l’action humaine ». L’éthique fait partie de l’acte mais ne recouvre pas l’acte entier. Elle éclaire l’action mais n’en épuise pas la signification.

La pratique confrontée à l’éthique est mise en perspective dans la seconde partie de l’ouvrage. La réflexion éthique est...
tracking img